Le gouvernement chinois a fait don du matériel sportif le 26 février à Antananarivo pour aider les athlètes malgaches à améliorer leurs performances.

Ce don correspond à la troisième partie du projet d’assistance en matière de coopération technique dans le domaine des sports entre Madagascar et la Chine.

« Les équipements comprennent des tables, des filets, des marqueurs, des balles, des raquettes, des disques, des javelots, des barres à mât et de saut en hauteur, des palmes, des planches d’entraînement, des maillots, des genouillères, des serre-poignets et bien d’autres destinés à améliorer la performance des athlètes à Madagascar« , a expliqué l’ambassadrice de Chine à Madagascar, Yang Xiaorong, lors de la cérémonie de remise du don.

Dans le cadre de ce projet d’assistance, cinq sports spécifiques sont concernées : athlétisme, natation, ping-pong, badminton et haltérophilie.

L’arrivée de huit entraîneurs chinois à Madagascar en mars 2018 s’inscrivait dans le cadre de la première partie du projet pour former des athlètes malgaches. L’an dernier, 99 athlètes malgaches ont été s’entraîner en Chine pendant quatre mois, dans la seconde partie du projet.

« Aller formation en Chine a été une belle aventure humaine à travers laquelle nos sportifs ont pu s’améliorer en terme de performance. On ne peut que saluer l’initiative de la Chine à l’égard du sport malgache« , a indiqué Harivola Razafindrainibe, directeur technique national de la fédération malgache de natation.

De son côté, le ministre de la Jeunesse et des Sports de Madagascar, Roberto Tinoka, a déclaré que ce don améliorerait la performance des athlètes malgaches qui participeront aux Jeux des îles de l’océan Indien qui se dérouleront à Maurice en juillet 2019.

« Très satisfait de la qualité du matériel offert« , a indiqué le ministre Roberto Tinoka. « On est satisfait de la coopération chinoise en matière de sport. Ce matériel aidera les fédérations sportives à mieux préparer leurs athlètes en vue des Jeux des îles de l’Océan indien. Les fédérations concernées se chargeront de la gestion du matériel et le ministère de la Jeunesse et des sports s’occupera de la supervision. Le matériel est cher et aux normes internationales et on demande qu’il soit employé à bon escient« , a expliqué ce dernier.