La cheffe de l’exécutif de HJong Kong, Carrie Lam a promis de restaurer la loi et l’ordre lors d’un discours prononcé devant le Legco (Parlement local) où ne siégeaient quasiment que des députés favorables à la Chine.

Carrie Lam, cheffe de l’exécutif hongkongais

Carrie Lam a présenté ses projets pour le territoire semi-autonome lors de son discours annuel de politique générale qui avait été reporté de plus d’un mois. La dirigeante de Hong Kong avait été sommée de se rendre en Chine continentale pour y rencontrer des responsables du gouvernement central.

« Une des priorités les plus urgentes est de restaurer l’ordre constitutionnel et le système politique de Hong Kong » après le chaos, a déclaré Carrie Lam devant le Conseil législatif (LegCo).

Hong Kong doit jouir d’une très large autonomie jusqu’en 2047 en vertu du principe « Un pays, deux systèmes ». Mais l’an dernier, des manifestations importantes et souvent violentes ont eu lieu durant plusieurs mois.

Le calme est revenu dans les rues de Hong Kong en raison des mesures de lutte contre le coronavirus, qui limitent les rassemblements, et à la suite de l’adoption en juin par Pékin d’une loi draconienne sur la sécurité nationale.

Début novembre, 15 députés pro-démocratie ont démissionné pour protester contre l’éviction de quatre de leurs collègues, dans la foulée d’une résolution prise par le Parlement chinois, qui permet de révoquer tout législateur considéré comme une menace pour la sécurité nationale.

Désormais, seuls des députés loyalistes pro-Beijing siègent au sein du Legco. Carrie Lam a indiqué que son gouvernement présentera des projets de loi destinés à « améliorer la prestation de serment » des fonctionnaires et à « améliorer le système électoral », sans donner de détails. La dirigeante entend également renforcer « l’éducation patriotique » pour renforcer le sentiment d’identité nationale chez les jeunes.