Depuis 2003, les relations entre la Chine et La Réunion ont évolué à différents niveaux, tant diplomatique, économique que culturel. Tout récemment, la visite le 2 avril 2010 de Jia Qinglin, président de la CCPPC et n°4 du comité permanent du bureau politique du Parti communiste chinois (PCC) met en exergue l’importance qu’a prit La Réunion pour l’Empire du milieu.

Wu Jianmin, ambassadeur de Chine en France

Wu Jianmin, ambassadeur de Chine en France

La coopération sino-réunionnaise s’est officialisée en 2003, lors de la visite de l’ancien ambassadeur de Chine à Paris, Wu Jianmin, et du vice-Premier ministre chinois, Li Lanquing. Par la suite, les échanges se sont accrues et plusieurs villes de La Réunion se sont jumelées à des cités chinoises.

Une relation institutionnelle

La venue en janvier 2003 de l’ambassadeur Wu Jianmin et de la première délégation chinoise, conduite par Zeng Yan, a marqué le début d’une relation de « confiance et durable » entre la République Populaire de Chine et La Réunion, a indiqué l’ambassadeur.

En novembre 2003, le président de la Région Réunion, Paul Vergès s’était rendu en Chine pour officialiser le partenariat avec la Municipalité de Tianjin, afin de développer une coopération économique et culturelle.

La convention signée dans le cadre du partenariat conclu entre la France et le Chine en 1997, se concentre sur les secteurs de la recherche et du développement, de l’aménagement et du développement urbain, de la culture et du sport, de l’éducation et de la formation et en particulier dans le domaine économique et commercial.

Au cours de l’année 2004, deux officiels chinois, Shi Chunsheng, député de Tianjin et Wu Jian, du Centre d’échanges internationaux de Tianjin, ont officialisé l’ouverture du bureau de Tianjin à La Réunion, via la SR21.

Pierre Vergès, président de la SR21 et d’une délégation réunionnaise ont assisté à la première rencontre de coopération décentralisée franco-chinoise à Wuhan en 2005, celle-ci s’est clôturée par « la mise en commun des expériences et des souhaits de chacun en matière de développement durable ».

Un bureau de représentation de la SR21 à Tianjin a vu le jour en juin 2008, cette plateforme de promotion de La Réunion en Chine permet aux deux parties de développer durablement leurs échanges.

Le Consulat entérine la relation sino-réunionnaise

Zhang Guobin, consul de Chine à La Réunion, et Paul Vergès, président de la Région Réunion

Zhang Guobin, consul de Chine à La Réunion, et Paul Vergès, président de la Région Réunion

L’ouverture du Consulat Général de Chine à Saint-Denis (La Réunion) a définitivement entériné les relations sino-réunionnaise. Paul Vergès a salué l’arrivée du premier consul chinois, Zhang Guobin, en août 2009, en déclarant qu’« une nouvelle étape est franchie avec la présence du Consul général de la République Populaire de Chine ».

« Il y a eu les demandes des associations, des représentants de La Réunion, mais il y a eu aussi et surtout la décision du gouvernement français qui a conduit des négociations avec le gouvernement chinois. A l’issue de tous ces efforts, nous bénéficions désormais de l’atout de cette présence qui sera un point de départ pour une amplification de notre coopération avec la Chine » a ajouté ce dernier.

Le consulat est également « l’aboutissement de longues années de mobilisation et de démarches engagées par la Région pour l’ouverture d’une représentation consulaire chinoise dans l’île » explique le bilan 1998/2008 de la Région.

A cette occasion, le président de la Région Réunion, Paul Vergès a demandé au gouvernement français le statut de Destination Touristique Autorisée (DTA) pour La Réunion, afin de faciliter les allers/retours entre le continent chinois et l’île.

Développement des relations économiques

Dans le cadre de la SR21, les échanges économiques bilatéraux se sont accentuées avec l’accompagnement d’entreprises réunionnaises sur le marché chinois, mais aussi durant le « Forum PME EU-Chine » de novembre 2007, où encore le « Forum économique France-Chine » avec Ubifrance à Pékin dans le domaine de l’environnement.

Les actions dans le domaine économique se sont traduites par l’organisation de trois vols charters directs Réunion/Pékin/Réunion en mars 2006, par la compagnie Air Austral, entreprise d’économie mixte, appelée la Sematra. Celle-ci réunit le conseil régional de La Réunion, la Chambre de commerce et d’industrie de La Réunion.

Le consulat général de Chine est également un moyen pour les investisseurs chinois de venir à La Réunion, comme la venue d’une délégation d’opérateurs pharmaceutiques de Tianjin, en juillet 2005 à La Réunion.

Culture, éducation, et formation, piliers d’une bonne entente

Dans le cadre d’une entente mutuelle sur le plan culturel, l’île a accueillit en juillet 2004, le Ballet National de Pékin, et a célébré les Fêtes de Guandi, en août. A cela s’ajoute, la mise en place du programme d’activités culturelles chinoises de l’Association Bénédictine Culturelle Chinoise.

Entre 2003 et 2008, plusieurs expositions, ateliers et spectacles ont été organisés pour initier les réunionnais à la langue, l’art, la culture et la gastronomie chinoise. En juin 2007, Zhao Shi, vice-ministre chinoise du SARTF et Pu Tong, ministre et conseiller de l’ambassade de Chine en France, étaient accompagnés d’une délégation ministérielle de l’audiovisuel, afin d’inaugurer le premier Festival du film chinois à La Réunion.

La venue de Jia Qinglin n’est pas anodine, au regard des différentes activités organisées entre la Chine et La Réunion. C’est l’occasion pour Beijing de mettre en place une nouvelle plateforme culturelle et économique dans l’Océan Indien, afin de consolider ses relations avec la France.