Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a réfuté les accusations des Etats-Unis sur des questions environnementales.

Dans une note publiée sur le site de gouvernement américain, l’administration Trump a critiqué la Chine, assurant que le pays « est le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre, la plus grande source de débris marins, les pires auteurs de pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN), et le plus grand consommateur au monde d’espèces sauvages et de produits du bois faisant l’objet d’un trafic ».

Dans sa liste d’abus environnementaux de la Chine (China’s Environmental Abuses), le porte-parole de la présidence américaine a souligné : « alors que le peuple chinois a subi les pires impacts environnementaux de ses actions, la Chine menace également l’économie mondiale et la santé mondiale en exploitant de manière non durable les ressources naturelles et en exportant son mépris délibéré pour l’environnement grâce à son Initiative La Ceinture et la Route ».

« Tragiquement, le Parti communiste chinois (PCC) réprime la société civile et une presse libre, ralentissant les changements qui profiteraient à ses citoyens et à son peuple partout dans le monde », a écrit le porte-parole, cirant le secrétaire d’État Mike Pompeo : « une trop grande partie de l’économie du Parti communiste chinois repose sur un mépris délibéré de la qualité de l’air, des terres et de l’eau. Le peuple chinois – et le monde – méritent mieux ».

Pour le porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin, ces accusations sont une « nouvelle farce anti-Chine concoctée par les Etats-Unis à des fins politiques », assurant que cette note rassemblent de « purs mensonges ».

Selon le gouvernement chinois, fin 2019, les émissions de CO2 par unité de PIB de la Chine avaient baissé de 48,1% par rapport à celles de 2005, et la part des combustibles non fossiles s’élevait à 15,3%, atteignant en avance les objectifs du pays en matière d’actions pour le climat pour 2020.

Les nouveaux boisements en Chine ont représenté 25% du total mondial, et plus de 50% des véhicules à énergie nouvelle dans le monde sont en Chine, selon Wang Wenbin. Ce dernier a souligné que la Chine compter renforcer les objectifs des contributions déterminées au niveau national et œuvrerait à atteindre le pic de ses émissions de CO2 d’ici 2030 et à parvenir à la neutralité carbone d’ici 2060, a-t-il poursuivi.

« D’ici fin 2020, la Chine réalisera généralement l’objectif de zéro importation de déchets solides », a assuré Wang Wenbin. Ce dernier a indiqué qu’en « réalité, les Etats-Unis sont le plus grand responsable des dégâts à la coopération environnementale internationale et constituent la plus grande menace à l’environnement mondial ».

« Nous exhortons les Etats-Unis à cesser leurs manipulations politiques et diffamations et à réaliser des contributions tangibles à la protection de l’environnement mondial au lieu de causer des problèmes« , a-t-il ajouté.