L’ouverture d’un colloque sur les relations sino-malgaches et l’initiative chinoise « la Ceinture et la Route » a eu lieu dans le cadre de la célébration du 45ème anniversaire des relations diplomatiques entre la Chine et Madagascar.

Enseignants chercheurs, experts des relations sino-malgache, opérateurs économiques malgaches, et des représentants des institutions ministérielles ont participé à cette conférence-débat organisée par l’ambassade de Chine à Madagascar et l’Ecole Nationale d’Administration de Madagascar (ENAM).

Un colloque pour améliorer les échanges

Pascal Pierrot Rabetahina, directeur général de l’EMAN, a expliqué que son organisation « avait signé un contrat de prestation intellectuelle avec l’Ambassade de Chine, pour trouver le moyen d’améliorer les relations économiques, commerciales et culturelles entre Madagascar et la Chine. Le document établi dans ce cadre sera désormais la base de la coopération bilatérale entre les deux pays« .

L’ambassadrice Yang Xiaorong au côté du président Hery Rajaonarimampianina

D’ailleurs, Yang Xiaorong, ambassadeur de Chine à Madagascar a déclaré que « la coopération mutuellement bénéfique entre la Chine et Madagascar recèle d’énormes potentialités dans le cadre de l’initiative la Ceinture et la Route » comprenant la Ceinture économique de la Route de la Soie et la Route de la Soie maritime du 21ème siècle. « L’avancement actuel des relations entre nos deux pays est lié aux efforts déployés par des amis de tous les milieux de Madagascar« , a salué l’ambassadrice.

Eric Randrianantoandro, représentant du ministre malgache des affaires étrangères, a indiqué lors de son allocution que les relations entre la Chine et Madagascar « sont axées sur des domaines d’intérêt commun et non à la recherche d’intérêt absolu d’un pays« .

« Cependant, ces relations sont parfois mal comprises, je suis persuadé que cette conférence brisera le tabou et en apportera des précisions et la lumière« , a-t-il révélé. En effet, depuis plusieurs mois, de nombreux malgaches ont dénoncé la présence d’entrepreneurs chinois sur des terres agricoles.

Le mécontentement a eu un impact sur l’image de la Chine auprès de la population, poussant d’ailleurs le ministre des affaires étrangères, Wang Yi, a appelé les ressortissants chinois à mieux se conduire avec les populations et les lois du pays.

Eric Randrianantoandro a expliqué que « beaucoup reste à faire, compte tenu des opportunités de coopération à saisir, et les deux pays ont un long chemin devant eux à parcourir ensemble« .

Intensifier la coopération économique

Allée des Baobabs

L’intensification de la coopération sino-malgache se fait sentir, d’après le conseiller économique auprès de l’ambassade de Chine à Madagascar, Liang Shaoming, « les échanges commerciaux entre la Chine et Madagascar ont atteint 1,1 milliard de dollars (979 millions d’euros) en 2016« .

La Chine a importé 159 millions de dollars (141,51 millions d’euros) de produits malgaches et exporté 943 millions de dollars (839,27 millions d’euros) de produits vers Madagascar, a ajouté ce dernier.

Depuis l’établissement officiel des relations diplomatiques le 6 novembre 1972, la coopération entre les deux pays a réalisé d’importants progrès dans les domaines : politique, économique, sanitaire, éducationnel, culturel, sportif et autres. Cette relation a été salué par l’établissement d’un Partenariat de Coopération globale.

De son côté, Yang Xiaorong a souligné que « le partenariat entre les deux pays concerne surtout la construction d’infrastructures, le tourisme, la restauration et la santé« .

L’ambassadrice a indiqué que « les secteurs à opportunité sont nombreuses. Au niveau des infrastructures, il y a les routes et également l’aviation, le transport maritime, le réseau Internet, les actions communautaires, etc. Tous ces secteurs d’activités sont vus de près pour les zones traversées par la route de la soie« .