En 2021, la Chine a déposé 24% de brevets en plus dans les pays de l’Union européenne, selon le rapport annuel de l’Office européen des brevets (OEB).

Cela correspond à 16.665 demandes de brevets ayant représenté 9% du total des demandes enregistrées sur l’ensemble de l’année 2021 par l’institution.

La Chine occupe le quatrième rang des pays déposant en Europe, derrière les États-Unis (25 % de part de marché, croissance de 5,2 %), l’Allemagne (13,8 % de part de marché) et le Japon (11,5 %).

La Chine était déjà le pays le plus dynamique en 2020 (+ 9,9 %). Mais « en dix ans, les demandes de brevets déposées par les entreprises chinoises ont plus que quadruplé », a expliqué l’OEB.

Cet essor est en grande partie lié à une seule entreprise: le groupe de télécoms Huawei, qui a déposé 3544 demandes de brevets en 2021 en Europe.

Ainsi, le chinois Huawei reste, comme en 2019, l’entreprise qui détient le plus grand nombre de demandes, suivi des coréens Samsung (déjà en tête en 2020) et LG.

La première entreprise européenne arrivée au quatrième rang est le suédois Ericsson. « En termes relatifs, la part des brevets issus de pays européens continue de baisser, passant de 50% du total en 2013 à 44% en 2021″, a noté l’OEB.