Un groupe aéronaval chinois mène des exercices près de Taïwan. Ces manœuvres vont devenir régulières, a déclaré la marine chinoise, marquant une nouvelle escalade des tensions dans le détroit de Taïwan, que la Chine revendique comme une province renégate pour laquelle il n’exclut pas le recours à la force.

Le porte-avion Liaoning

Taïwan s’est plaint ces derniers mois d’une activité militaire accrue de la Chine, laquelle accentue ses efforts pour renforcer son autorité sur l’île. Dans un communiqué publié le 6 avril, la marine chinoise a évoqué des exercices « routiniers » ayant pour objectif de « renforcer les capacités pour protéger la souveraineté, la sécurité nationales et le développement d’intérêts ».

« Des exercices similaires seront menés de manière récurrente à l’avenir », a-t-elle ajouté. Cette annonce intervient après que le ministère taïwanais de la Défense a fait état d’une nouvelle incursion de l’aviation chinoise dans la zone d’identification de défense aérienne de Taiwan.

Des survols plus réguliers de la part de la Chine

En effet, Depuis l’été dernier, la Chine a ordonné des survols plus réguliers au-dessus du détroit de Taïwan et du canal de Bashi. Selon le quotidien britannique Financial Times, la Chine avait ciblé la région car il était crucial pour les forces de pénétrer dans les eaux libres et dans l’espace aérien du Pacifique occidental.

L’amiral Lee Hsi-ming, ancien chef d’état-major des forces armées taïwanaises, a déclaré au journal que «ces dernières [incursions] concernent davantage les messages politiques que l’importance opérationnelle militaire. Voler autour de Taïwan n’est pas une percée pour eux. Ils ont opéré des vols circulaires avec des bombardiers H6 lorsque j’étais en fonction».

Ce dernier a indiqué que «cette fois, ils n’ont pas eu assez de temps pour se préparer. Donc, pour exprimer leur détermination envers les États-Unis, ils se sont envolés dans le Pacifique occidental mais n’ont pas fait un tour complet».

Washington inquiet mais ne veut pas réagir

De son côté, Washington partage les inquiétude des dirigeants taïwanais, attestant que l’armée chinoise survole quasi-quotidiennement Taïwan pour exercer une pression continue sur la défense aérienne taïwanaise afin de l’affaiblir. Cependant, «si nous intervenons, nous deviendrons le catalyseur qui aggravera le problème», a indiqué un responsable américain à l’Agence France Presse.

Lire aussi : Un amiral américain assure que la Chine pourrait envahir Taïwan

«Nous savons que si nous en faisons trop, la Chine va utiliser les apparences pour en faire plus contre Taïwan», a-t-il conclu. La position officielle de l’administration du président Joe Biden se situe dans la continuité de celle de son prédécesseur Donald Trump. Ainsi, les Etats-Unis restent engagés à aider Taïwan à se défendre face à la Chine et à dissuader la Chine d’intervenir par une présence militaire visible dans la zone.

«Cela fait un moment que les préparatifs liés à Taïwan sont au centre de la modernisation de l’armée chinoise», a déclaré lundi à la presse le sous-secrétaire de la Défense chargé de l’Asie, David Helvey. «Il est évident que nous surveillons de très près l’équilibre des forces dans le détroit de Taïwan».