Républicains et démocrates ont blâmé Apple pour avoir retiré une application hongkongaise permettant aux manifestants de suivre les mouvements de la police.

En retirant de son App Store l’application HKmap, Apple a fait polémique. Un choix défendu par son PDG Tim Cook dans une note aux employés d’Apple. Ce dernier a expliqué que «cette application était utilisée par des individus violents pour cibler la police ou commettre des actions illégales là où elle est absente».

Mais le sénateur républicain de Californie, Ted Cruz, et la représentante démocrate de New York, Alexandria Ocasio-Cortez qui, avec cinq autres parlementaires, ont lancé un appel bipartisan à Tim Cook : «nous vous pressons de faire machine arrière, pour montrer que les valeurs d’Apple sont au-dessus de la logique marchande et rester du côté de ceux qui se battent pour leurs droits et leur dignité à Hongkong».

Outre HKmap, ils dénoncent : «Apple a censuré plus de 2200 applications en Chine, dont des VPN qui permettent de contourner la censure chinoise, et des applications utiles aux minorités opprimées comme les Ouïghours et les Tibétains».

Cet appel fait suite à la rencontre de Tim Cook avec un haut représentant du gouvernement chinois. Dans leur appel, ils abordent aussi les investissements d’Apple en Chine, la question des droits des utilisateurs, ainsi que la «responsabilité sociale des entreprises», a indiqué l’administration chinoise.

Citant la polémique entre la Chine et la NBA, les parlementaires se sont inquiétés qu’«Apple et d’autres grandes entreprises américaines préfèrent s’incliner devant la Chine plutôt que de perdre accès au milliard de consommateurs chinois».

Ils ont adressé des critiques similaires à Blizzard dans une seconde lettre adressée à l’éditeur de jeux vidéo, qui a suspendu un joueur professionnel pour avoir affiché son soutien aux manifestants hongkongais lors d’une compétition.