Deux responsables ont été limogés le 1er janvier par les autorités de la ville de Xi’an (nord), où le nombre de cas de coronavirus est en baisse après douze jours de confinement, selon les chiffres officiels dévoilés le 2 janvier.

Le 1er janvier, les autorités locales ont annoncé que deux hauts représentants du Parti communiste du district de Yanta étaient démis de leurs fonctions afin, selon les médias officiels locaux, de « renforcer le travail de prévention et de contrôle de l’épidémie » dans la région.

Le mois dernier, plusieurs dizaines de fonctionnaires avaient déjà été sanctionnés pour « rigueur insuffisante dans la prévention et le contrôle de l’épidémie ».

Le 1er janvier, Xi’an a annoncé 90 nouveaux cas de coronavirus, contre 122 la veille, ce qui porte à plus de 1.600 le nombre de contaminations dans la ville depuis le 9 décembre.

La ville, célèbre pour son armée souterraine en terre cuite, est le nouvel épicentre de la pandémie en Chine, ce qui a conduit les autorités à imposer le confinement des 13 millions d’habitants et à mener de vastes opérations de dépistage.

La Chine a mit fin à sa stratégie « zéro Covid » avec des restrictions très sévères aux frontières et des confinements ciblés dès qu’apparaissent des cas, mais cette approche n’a pas empêché des foyers locaux.