Hier, il était question du penchant des chinois pour le magnat de l’immobilier, Donald Trump, aujourd’hui, ce dernier est élu président de la 1ère puissance économique mondiale et principal concurrent de la Chine.

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Lu Kang, a déclaré lors d’un point presse que le gouvernement « espérait faire des efforts conjoints avec le nouveau gouvernement américain pour maintenir un développement durable, sain et stable des relations sino-américaines, et bénéficier aux peuples des deux pays et du monde ».

Pour le quotidien Global Times, « les valeurs dominantes des partis démocrate et républicain ont perdu de leur envergure avec le temps. Les médias ont violé le principe de neutralité et d’objectivité, induisant en erreur les électeurs par des pratiques frauduleuses de sondage. En conséquence, la division entre les classes est plus grande que jamais », a assuré l’éditorialiste.

 Le journal, proche du gouvernement, a indiqué que « l’avenir de la relation Chine-États-Unis et les liens entre la Russie et les États-Unis auront un impact important sur l’ensemble de la communauté internationale. Donald Trump a massivement fait campagne pour un retour ciblé sur les intérêts économiques américains, ce qui pourrait menacer de transformer les relations sino-américaines d’une rivalité géopolitique en un conflit économique ».