Le Ministère de la protection de l’environnement (MEP) a censuré plusieurs régulateurs dans certains districts de Beijing pour leur inaction à lutter contrôler la pollution de l’air.

Ainsi, le ministère a découvert une dizaine de site de construction, dont cinq dans le district de Fangshan et trois dans le district de Fengtai, ayant violé les règles de contrôle des poussières en maintenant leur activité malgré la détérioration de la qualité de l’air, a relevé le site Caixin.

Les autorités locales doivent en cas de pollution de l’air intense s’assurer que tous les chantiers de construction cessent de fonctionner afin de réduire les niveaux de poussière et les émissions polluantes.

Or, il semblerait que lors de l’inspection dans quatre districts, les enquêteurs ont estimé que les autorités locales avaient fait preuve de laxisme vis-à-vis des agriculteurs qui auraient brûlé des déchets dans cinq zones autour de Beijing, contribuant au smog.

Le ministère a également indiqué que les mesures du plan d’urgence destiné à faire face au smog n’ont pas été entièrement mises en œuvre. Ainsi, les gaz d’échappement des véhicules, notamment provenant de véhicules extérieurs à la capitale, ont fortement contribué au smog intense enregistré récemment.

Beijing compte plus de 5,7 millions de véhicules, l’émission de l’oxyde nitrique et des hydrocarbures comptent pour 50 et 40% du smog. D’après le communiqué, la pollution générée par les véhicules hors de la ville a été plus sévère, en effet près de 300’000 véhicules entrent quotidiennement à Beijing, la moitié d’entre eux dépassent les normes d’émission.

Pour pallier au problème, la Commission municipale des transports de Beijing a publié une série de règles sur les services de réservation de voitures avec chauffeur, indiquant que seules les personnes avec un titre d’enregistrement des ménages de Beijing et possédant une voiture d’un certain cylindre pourront utiliser ces services.

Le but est de faciliter la circulation et réduire les émissions de gaz. De plus, la commission a appelé à « des efforts conjoints et une application plus stricte de la loi », en collaboration avec les régions voisines pour faire face au smog.