Le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine, et l’Afrique du Sud se sont donnés rendez-vous à Benaulim, dans l’Ouest de l’’Inde, du 12 au 17 octobre,  pour un sommet crucial sur le développement de ces 5 puissances émergentes.

« L’économie mondiale fait toujours face à une reprise périlleuse », a expliqué le président chinois Xi Jinping dans un communiqué. « En raison de facteurs à la fois internes et externes, les BRICS connaissent une croissance économique quelque peu ralentie et affrontent un certain nombre de défis nouveaux » a indiqué ce dernier.

Pour le président Conseil commercial des BRICS, Onkar Kanwar, « même si certains des pays membres traversent en ce moment une phase de faibles performances économiques, le potentiel de croissance à long terme du groupe des BRICS demeure intact« .

D’autant plus qu’aujourd’hui « les économies des BRICS représentent plus d’un cinquième de l’activité économique mondiale. Avec un PNB combiné de 16’000 milliards de dollars américains, soit 22% du PNB mondial, ces économies sont en position d’apporter l’élan économique tant attendu par le reste du monde« .

De son côté, Xi Jinping a estimé qu’il n’y avait pas de raison que « le bloc ne s’épanouisse pas », appelant ses homologues à « des actions concrètes pour renforcer la confiance« . « A long terme« , les perspectives de développement « sont toujours positives« .

Onkar Kanwar a indiqué que « pour ce qui est de l’avenir, les économies des BRICS continueront à jouer un rôle proactif dans la construction du discours mondial sur la croissance et le développement. Les nations des BRICS ont beaucoup évolué au fil des années, et jouent désormais un rôle bien plus efficace au sein de l’économie globale« .