De notre stagiaire Alima Danfakha  – Peut-être est-ce parce que, pour de nombreux jeunes, la première fois qu’ils se retrouvent confrontés à la complexité de la société, c’est à travers les sites de recrutement en ligne.

Précédemment, de nombreux sites de recrutement tels que Zhaopin, 51jobs et Liepin avaient été cités lors du « gala du 15 mars » de la CCTV. Selon l’enquête d’un journaliste de CCTV, on peut trouver des informations de CV en vente sur différents sites de partage, des forums, des groupes QQ et autres plateformes sociales. Et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg du chaos que constituent les plateformes de recrutement.

Les talents recherchent des emplois, et les emplois ont aussi besoin de trouver des talents. L’asymétrie d’information entre les deux rend nécessaire l’existence des plateformes de recrutement. La plateforme de recrutement en ligne vise à déplacer les offres d’emploi hors-ligne vers le Net, à tirer parti des avantages du service d’information en réseau et à promouvoir efficacement la mise en correspondance des informations entre les entreprises et les demandeurs d’emploi.

Cependant, de nombreux jeunes, lors du recrutement, sont incapables de se prémunir contre le chaos des « crédits à la consommation », des « crédits formation » ou encore de la vente de CV sur les plateformes de recrutement. Certains disent même que les jeunes de cette génération n’osent plus se fier aux sites de recrutement. Comment les sites de recrutement sont-ils passés du statut de « solution miracle » pour les demandeurs d’emploi à celui d’outil frauduleux aux yeux de certains ?

Il existe un concept très important en économie : l’incitation. Les incitations sont généralement définies comme un ensemble de récompenses ou de pénalités destinées à inciter une partie des agents économiques à adopter un comportement spécifique, de manière à produire les résultats que d’autres entités économiques doivent obtenir.

Différentes incitations amèneront des personnes occupant des positions différentes à réagir différemment, produisant des effets différents. Le chaos qui règne aujourd’hui sur les sites d’emploi est précisément la conséquence de certaines incitations.

Il n’y a pas de gratuité absolue dans le monde d’Internet, il y a généralement un payeur final. Les sites de recrutement sont gratuits pour les demandeurs d’emploi et ce sont souvent les recruteurs qui paient. Pour de nombreuses plateformes de recrutement en ligne, attirer davantage d’entreprises sur leurs sites et les faire payer est le seul moyen de gagner plus d’argent.

Pour en savoir plus notre rubrique « Travailler en Chine »

Cependant, le fait qu’une entreprise achète ou non les services d’un site d’offres d’emploi dépend fortement de la possibilité de trouver les talents appropriés à partir d’un service payant. À ce stade, un paradoxe apparaît : si les entreprises trouvent le bon talent plus tôt, elles paieront moins souvent ; mais si la plateforme est conçue pour inciter les entreprises à continuer à payer afin de trouver le talent approprié plus tard, elles seront également moins disposées à utiliser le site d’emploi.

Certaines plateformes de recrutement ont des objectifs de performance mensuels fixes pour leurs employés, et cette évaluation ne porte pas sur le nombre de talents et de postes mis en relation, mais sur le nombre de CV vendus. Afin d’atteindre leurs objectifs de performance, ils vendent des CV à des sociétés de ressources humaines à un prix inférieur au prix du marché. De cette façon, le site de recrutement est devenu un « revendeur illégal » de CV, et ce sont les sociétés de ressources humaines hors ligne qui se chargent réellement de faire correspondre les talents aux offres d’emplois.

Il y a aussi une incitation au niveau des agents : pour les agents des plateformes de recrutement, le principal moyen de gagner de l’argent est d’attirer des entreprises. Afin de maximiser le nombre d’entreprises, certains agents abaissent le seuil d’accès à la plateforme, et les entreprises qui, à l’origine, ne répondaient pas aux critères peuvent s’inscrire avec succès.

La conséquence naturelle de l’abaissement du seuil est la prolifération des fraudeurs. La perte subie par les demandeurs d’emploi entraîne une baisse de la qualité des demandeurs d’emploi sur la plateforme, rendant plus difficile pour les entreprises de répondre à leurs besoins de recrutement normaux. Celles-ci vont donc se retirer de la plateforme les unes après les autres tandis que les agents abaisseront encore le seuil afin de combler leur performance. En d’autres termes, cela constitue un cercle vicieux.

La baisse du taux de correspondance sur les plateformes, la prolifération des CV à vendre et le laisser-faire des agents à l’égard des escrocs, sont autant de problèmes qui découlent des incitations de départ. Pour corriger le problème, il est naturel de changer les mesures d’incitation, et pour la plateforme, il est nécessaire de trouver un nouveau modèle de profit.

Aujourd’hui, les besoins en matière de recrutement sont plus verticaux, avec une série de sites d’offres d’emploi par secteur d’activité qui améliorent la rapidité de la recherche de talents en ciblant et en différenciant leurs services. De cette manière, il est possible de compter sur les services pour réaliser des bénéfices, et pas seulement sur le trafic.

En outre, il est d’autant plus nécessaire de renforcer la réglementation pertinente et de contrôler strictement le seuil d’entrée des entreprises afin d’empêcher les entreprises frauduleuses de profiter des plateformes. Pour les plateformes, la gestion des agents ne peut être assouplie. L’activité des fraudeurs profite aux performances des agents, mais nuit aux plateformes. Pour regagner la faveur des jeunes, les sites de recrutement doivent clarifier les enjeux et renforcer la gestion interne.