Le gouvernement de la ville de Kunshan en Chine continentale a décidé la fermeture de 270 usines le long de la rivière Wusong, afin de réduire la pollution de l’eau dans le fleuve. Plus de la moitié de ces usines est d’origine taïwanaise.

Suite à quelques couacs, le gouvernement de la ville a suspendu sa mesure du 1er au 10 janvier. Mais les avis divergent sur les effets de cette mesure. Pour certaines entreprises taïwanaises, il n’y a aucune conséquence négative, mais d’autres ont expliqué au Global Times que « la politique affectait grandement l’industrie et pourrait diminuer l’attrait de Kunshan pour les entreprises taïwanaises ».

Tsai Lien-sheng, secrétaire général de la Fédération nationale chinoise des industries, a expliqué que « le gouvernement chinois commence à se concentrer sur la protection de l’environnement après des décennies de priorité à la croissance économique, et il n’hésite pas à sévir contre les entreprises pour faire respecter sa vision ».

Cependant, « l’ordre d’arrêter la production dans la région du fleuve Wusong aurait porté préjudice aux entreprises taïwanaises, même si ces entreprises auraient pu tester la pollution », a expliqué ce dernier.

En effet, l’Association des fabricants de matériel électrique et électronique de Taïwan a souligné que la politique environnementale de la Chine « est l’une des huit principales difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises taïwanaises dans la région ».

« Alors que les mesures ne distinguent pas les entreprises taïwanaises, le temps accordé aux entreprises pour effectuer des ajustements – entre six mois et un an – ne suffit pas », a indiqué l’association.

Face à la transition économique de la Chine, l’association a précisé que les entreprises taïwanaises ne devraient plus « se concentrer sur la fabrication d’équipements d’origine », soulignant « la nécessité pour les entreprises taïwanaises d’accélérer leur transition ».

D’autant plus que des réglementations plus strictes vont être mises en place cette année. Mais d’ici là, Lee Kuan-hsin, membre de l’Association taïwanaise des affaires de Kunshan, a expliqué que « les entreprises n’ont pas d’alternative si la ville décide de lancer par intermittence des fermetures d’urgence le long de la rivière Wusong ».