Le président américain Donald Trump a indiqué le 1er novembre avoir eu une « très bonne conversation » téléphonique avec son homologue chinois, Xi Jinping, sur les sujets des échanges commerciaux bilatéraux et de la question de la péninsule de Corée.

« Je viens d’avoir une très bonne conversation téléphonique avec le président de la Chine Xi Jinping. Nous avons parlé de beaucoup de sujets, en mettant l’accent sur le commerce. Ces discussions avancent bien avec des rencontres en train d’être programmées pendant le G20 en Argentine. (Nous) avons aussi eu une bonne discussion sur la Corée du Nord! », a-t-il tweeté.

Des salutations et promesses d’entente

Lors de cette conversation, Donald Trump a dit espérer qu’il espérait que les deux pays pourraient déployer des efforts conjoints pour préparer cette rencontre. D’après l’agence de presse Xinhua, « les États-Unis attachent de l’importance à leur coopération économique et commerciale avec la Chine, et souhaitent continuer d’augmenter leurs exportations vers la Chine », ajoutant que les équipes économiques des deux parties doivent renforcer leurs échanges et leurs consultations.

« Il est très important pour les chefs d’État des États-Unis et de Chine de maintenir des communications directes fréquentes », aurait assuré le président américain à son homologue, ajoutant qu’ils devraient rester en contact.

De son côté, Xi Jinping a indiqué qu’ils avaient « des visions positives du développement sain et stable des relations sino-américaines et de l’expansion de leur coopération économique et commerciale, et qu’ils devraient déployer des efforts pour réaliser ces souhaits ».

« La Chine a clarifié à plusieurs reprises sa position sur les relations bilatérales, et espère que les deux pays encourageront un développement sain et stable des relations bilatérales en conformité avec les consensus importants conclus entre les deux présidents », a affirmé Xi Jinping.

Une possible rencontre en Argentine

Depuis juillet 2018, les Etats-Unis et la Chine se livrent une guerre commerciale à coups de taxes douanières, suscitant des inquiétudes pour l’économie mondiale. En plus, des tensions commerciales, l’administration américaine a lancé plusieurs attaques tous azimuts contre la Chine.

En effet, le vice-président Mike Pence a accusé Beijing de vol de technologies sensibles, d’expansionnisme diplomatique et militaire, d’atteintes massives aux libertés publiques et aux minorités religieuses, et même d’ingérence électorale pour se débarrasser du président Trump.

Des responsables ont évoqué la possibilité d’une rencontre entre les présidents américain et chinois lors de la prochaine réunion du G20 des chefs d’Etat les 30 novembre et 1er décembre, en Argentine.