lundi, juin 24

« Gao l’éventreur » arrêté

La police chinoise a capturé un tueur en série surnommé le « Jack l’éventreur chinois« . L’homme serait l’auteur du meurtre et du viol de 11 femmes, dont une petite fille de 8 ans dans le nord de la Chine.

Gao Chengyong, 52 ans, a été arrêté le 26 août dans une épicerie de Baiyin (Gansu), une ville dans laquelle neuf des meurtres se sont produits. Il gère cette épicerie avec sa femme à Baiyin, a indiqué le China Daily. Selon le ministère de la Sécurité publique, le suspect a avoué avoir commis onze meurtres dans le Gansu et la région autonome de Mongolie-Intérieure, entre 1988 et 2002.

Gao Chengyong ciblait de jeunes femmes vêtues de rouge. Il les suivait jusque chez elles, où il les violait et les tuait, souvent en les égorgeant. Sa plus jeune victime avait huit ans.

Gao Chengyong arrêté par la police
Gao Chengyong arrêté par la police

Le tueur a également mutilé plusieurs de ses victimes, en leur découpant des parties du corps, et en retirant les organes génitaux de certaines d’entre elles. Cela lui valut le surnom de « Jack l’éventreur », qui avait défrayé la chronique à la fin du 19ème siècle dans le quartier de Whitechapel à Londres..

La nouvelle d’un tueur en série avaient causé une telle panique, que de nombreuses femmes de Baiyin ne marchaient plus dans la rue sans être accompagnées par des amis ou des membres de leur famille, expliqué le China Internet Information Center.

Face à l’ampleur de la psychose, la police de Baiyin avait décidé en décembre 2004, d’offrir une récompense de 200’000 yuans (26’800 euros) pour toute information permettant d’arrêter le tueur.  D’ailleurs cette affaire est une première pour la police, qui a relié les crimes entre eux, assurant qu’il « a une perversion sexuelle et hait les femmes ». « Il est solitaire et asocial, mais patient », avaient indiqué les enquêteurs.

Ces derniers avaient également indiqué qu’ils recherchaient un homme âgé de 33 à 40 ans, en raison des preuves ADN, des empreintes digitales et des empreintes de pas découvertes sur les lieux des crimes. En mars 2016, le Bureau d’enquête criminelle du ministère de la Sécurité publique avait relancé l’enquête pour examiner une nouvelle fois les preuves ADN et biologiques.

L’homme a été identifié par hasard. D’après Yin Guoxing, un expert en analyse ADN, « l’arrestation du tueur aurait été rendue possible grâce à l’arrestation de son oncle, assigné à résidence pour des suspicions de délit mineur. Son ADN avait été prélevé puis testé, amenant la police à conclure que le tueur recherché depuis 28 ans était un membre de sa famille ». Il a été ordonné le prélèvement d’ADN de tous les homme de la famille.

La police a finit par trouver Gao Chengyong, un villageois venant de Lanzhou. Pour les familles des victimes, c’est le soulagement. Cui Xiangping, dont la sœur – Cui Jinping – a été l’une des victimes du tueur, a déclaré au Beijing News, qu’il commençait à croire que l’affaire ne serait jamais résolue.

Cui Jinping avait été poignardée 22 fois avant d’être égorgée chez elle, à 11h du matin le 30 novembre 1998. Ses mains et d’autres parties de son corps n’ont jamais été retrouvées. C’est sa mère qui avait retrouvé son cadavre.

Cette dernière « ne pouvait s’arrêter de pleurer après avoir entendu la nouvelle de l’arrestation de Gao »,  a indiqué Cui Xiangping qui assure que « même si 18 années ont passé, la famille n’a jamais cessé de penser à sa sœur ».

Aucune explication n’a été donné pour expliquer l’arrêt des meurtres depuis 2002.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *