Les taxes douanières mutuelles des Etats-Unis et de la Chine couvrent désormais 100 milliards de dollars (86 mds €) de biens commerciaux, soit un septième des échanges entre les deux puissances.

Washington impose des droits de douane de 25% sur un millier de produits chinois, dont l’importation aux Etats-Unis représente une valeur annuelle totale de 50 milliards de dollars (43 mds €). De plus, 34 milliards de dollars (29,2 mds €) étaient déjà taxés depuis juillet, Washington étendant les taxes à 16 autres milliards (13,7 mds €).

Beijing a aussitôt contre-attaqué le 23 août en appliquant de nouvelles taxes ciblant 16 milliards de dollars de produits américains importés en Chine. Ainsi, le total des biens américains taxés atteint 50 milliards (43 mds €).

Washington frappe fort

Washington vise les produits chinois ayant bénéficié selon l’administration Trump de « pratiques commerciales déloyales ». Cette dernière dénonce les transferts forcés de technologies ou les violations de propriété intellectuelle.
Les produits les plus touchés par cette guerre commerciale sont les ordinateurs, les composants électroniques et les machines-outils, totalisant 1,1 milliard de dollars d’importations pour les microprocesseurs et autant pour les machines électriques.

A cela s’ajoute, les circuits intégrés dont les échanges pèsent 700 millions de dollars (602 M€), les cellules photo-voltaïques importées à hauteur de 500 millions de dollars (430 M€) par an, sans compter les mémoires informatiques pour 400 millions (344 M€).

Une longue liste noire américaine

Les Etats-Unis ont inscrit sur leur liste noir les machines à traire les vaches, les incubateurs pour poussins, les enregistreurs de vols, les tubes pour radiographies, les bulldozers visés par les tarifs douaniers totalisant 9 milliards de dollars d’échanges.

Les motos et des dizaines d’autres articles sur la liste font l’objet de très peu d’importations, tels que les hélicoptères, les tubes pour four à micro-ondes, les pièces pour réacteurs nucléaires, les télescopes, les locomotives.

Selon des économistes du Peterson Institute for International Economics, cité par l’Agence France Presse, 95% des produits visés par les tarifs américains sont des produits intermédiaires ou des biens d’équipement. Ces importations n’affectent pas directement l’industrie américaine qui en a tout de même besoin.

Beijing reste encore dans l’expectative

A contrario, le gouvernement chinois a riposté en infligeant des taxes sur 650 types de produits américains, touchant de plein fouet la production agricole, la production de denrées alimentaires, le pétrole, les plastiques et les produits chimiques.

Le produit le plus touché par cette situation est le soja américain, dont le marché d’exportation (venant de Chine) est essentiel pour les agriculteurs américains. En effet, la Chine a acheté l’an dernier un tiers de la production totale des États-Unis.

Mais le bœuf, le porc, de nombreux types de poisson et des dizaines de fruits et de noix ont été aussi visés. En outre, Beijing taxe les automobiles, les véhicules électriques hybrides, les véhicules tout-terrain et le caviar, ainsi que le whisky, le jus d’orange et bien sûr les motos, dont la marque américaine emblématique Harley-Davidson.