Le géant chinois des télécoms Huawei va investir 100 milliards de dollars (13,4 mds €) d’ici 2024, pour rendre l’infrastructure des réseaux plus efficace et fiable, a déclaré Ren Zhengfei, fondateur et PDG de l’entreprise.

Actuellement en pleine tourmente sur la scène international, Ren Zhengfei a indiqué que la compagnie n’allait pas réduire ses dépenses consacrées à la recherche, permettant de contribuer davantage à la science théorique à l’avenir.

Les déclarations du fondateur et PDG de l’entreprise ont eu lieu lors d’un dialogue avec le futurologue américain George Gilder et Nicholas Negroponte, co-fondateur du Media Lab de l’Institut de technologie du Massachusetts, au siège de Huawei à Shenzhen.

Ren Zhengfei a déclaré qu’il n’y avait « absolument pas de backdoors » dans le matériel Huawei et que la société était disposée à conclure des accord de non-backdoor avec d’autres pays.

Ce dernier a également indiqué que les questions de sécurité des réseaux et de sécurité de l’information doivent « être examinés séparément ». « Le réseau de la société humaine ne doit pas être sujet à des problèmes car il relie 6,5 milliards de personnes et des dizaines de millions de banques et d’innombrables entreprises. Trente ans d’applications dans 170 pays ont prouvé que le réseau de Huawei, qui dessert trois milliards de personnes, est sûr », a indiqué ce dernier.

Pour lui la sécurité de l’information est une autre question. Décrivant Huawei comme un fournisseur de « tuyaux » et de « robinets », il a assuré que les opérateurs et les fournisseurs de contenu doivent être responsables du contenu « circulant dans les tuyaux ».