De notre stagiaire Mathilda Golaz – Le Ministère des affaires civiles a publié une circulaire concernant les services funéraires des personnes infectées par l’épidémie du nouveau coronavirus 2019-nCoV.

Selon la circulaire, tous les organismes de services funéraires ont pour obligation de renforcer la sécurité et la protection de leur personnel. Procéder entre autres à une désinfection rigoureuse et une ventilation des installations et des lieux de travail fait partie des mesures permettant de lutter contre l’épidémie.

Disposer des dépouilles des patients infectés par l’épidémie dans le strict respect des procédures opératoires permet également d’éliminer tous risque potentiel de contamination, selon le ministère.

Ainsi, conformément aux exigences de prévention et de contrôle de l’épidémie, les familles sont encouragées à organiser dans les plus brefs délais les obsèques ainsi que d’éviter les rassemblements trop importants de personnes.

La circulaire souligne que, concernant les dépouilles des personnes infectées par l’épidémie, il était nécessaire de procéder à leur crémation dans les meilleurs délais et dans le crématorium le plus proche, tout en respectant les principes de légalité.

De plus, nul n’est en droit d’exiger l’ouverture d’une housse mortuaire scellée sans avoir reçu au préalable l’autorisation du Service d’hygiène et de prévention des maladies.

Les véhicules, l’équipement, les installations de crémation et les zones en contact avec les dépouilles doivent être rapidement et rigoureusement désinfectés.

Il est également important de prêter attention à l’état psychologique du personnel, a souligné le ministère. D’ailleurs, le personnel des services funéraires est notamment encouragé à prendre régulièrement sa température et à porter des équipements de protection.

Afin de répondre aux demandes de la population, différents services se sont concertés pour réprimer au plus vite les activités illégales telles que l’augmentation des prix des services ou encore le refus de fournir une assistance.

Dans le même temps, la circulaire indique qu’il est nécessaire de prendre soin des travailleurs de première ligne, d’aider à résoudre les difficultés pratiques et de soulager les inquiétudes.