Le président américain Joe Biden a déclaré qu’il était trop tôt pour s’engager à lever les droits de douane imposés par Washington sur des milliards de dollars de produits chinois.

Ce dernier a indiqué lors d’une conférence de presse le 20 janvier que sa négociatrice en chef sur le commerce, Katherine Tai, travaillait sur la question.

« J’aimerais être en mesure de dire qu’ils respectent leurs engagements, ou davantage, et supprimer une partie (des droits de douane), mais nous n’en sommes pas encore là », a-t-il indiqué, en référence aux engagements pris par Pékin dans le cadre de l’accord commercial de « phase 1 » signé avec l’administration de l’ancien président Donald Trump.

De plus, selon l’agence de presse Xinhua, le site Web du Federal Register des États-Unis a publié un avis affirmant que le gouvernement américain a prit des sanctions contre la China Aerospace Science and Technology Corporation (CASC) First Academy, la China Aerospace Science and Industry Corporation (CASIC) Fourth Academy et Poly Technologies Incorporated (PTI) pour avoir participé à des activités de prolifération de technologies de missiles.

Pour le porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian, « à des fins politiques, les États-Unis utilisent toutes sortes de prétextes pour sanctionner et réprimer les entreprises chinoises. C’est une pratique typique d’intimidation. La Chine la déplore et s’y oppose fermement ».

« Le gouvernement chinois s’oppose constamment à la prolifération des armes de destruction massive (ADM) et de leurs vecteurs », a indiqué ce dernier. Selon lui, la Chine exerce un contrôle strict sur l’exportation de missiles et d’articles connexes ainsi que sur les technologies, conformément aux politiques, lois et règlements nationaux en matière de non-prolifération. La coopération normale entre la Chine et les pays concernés ne viole aucune loi internationale ni n’implique la prolifération d’ADM.

Lire aussi : La Chine signe une déclaration commune sur la prévention d’une guerre nucléaire

Le porte-parole a expliqué que ces dernières années, « les États-Unis ont pratiqué de manière flagrante le ‘deux poids deux mesures’ en matière de non-prolifération. Non seulement ils favorisent et soutiennent le développement de missiles et de technologies connexes par leurs alliés, mais ils prévoient également de vendre à l’Australie des missiles de croisière Tomahawk, qui sont capables de transporter des ogives nucléaires et ont une portée allant jusqu’à 2 500 kilomètres ».

« Les États-Unis devraient sérieusement réfléchir à leur bilan en matière de non-prolifération et à leur politique en matière de commerce d’armes. Ils ne sont pas en mesure de faire des commentaires irresponsables sur la coopération normale des autres pays en matière de commerce d’armes ».

Zhao Lijian a dit exhorter « les États-Unis à corriger leurs erreurs, à retirer leur décision d’imposer des sanctions et à cesser de réprimer les entreprises chinoises et de calomnier la Chine. La partie chinoise se réserve le droit d’adopter d’autres mesures ».