Tribune de Gui Xiaomei, Ambassadrice de Chine à Madagascar – La 8e Conférence ministérielle du Forum sur la Coopération sino-africaine (FCSA) se tiendra les 29 et 30 novembre à Dakar, capitale du Sénégal.

La conférence aura pour thème « Approfondir le partenariat sino-africain et promouvoir le développement durable pour bâtir une communauté d’avenir partagé sino-africaine dans la nouvelle ère ».

Les 55 membres du FCSA se réuniront encore une fois pour discuter de grandes stratégies de la coopération amicale sino-africaine, dessiner un nouveau plan de la coopération et ouvrir ainsi un nouveau chapitre de la coopération.

Le FCSA a été créé en 2000. Sa naissance est liée à une visite en Chine effectuée en mai 1999 par Lila Hanitra Ratsifandrihamanana, Ministre des Affaires étrangères malagasy à l’époque.

Lorsqu’elle s’entretenait avec son homologue chinois Tang Jiaxuan, elle a dit qu’avec des changements majeurs de la conjoncture internationale, les pays africains étaient désireux d’entamer des concertations avec la Chine sur des questions d’intérêts communs liées à la paix et au développement. Et pour ce faire, elle a proposé la création d’un forum Chine-Afrique. Cette proposition a été hautement appréciée par les dirigeants chinois et a propulsé la naissance du FCSA.

Le FCSA a parcouru 21 ans d’histoire. Le renforcement de la solidarité et de la coopération avec les pays africains demeure toujours une priorité de la diplomatie chinoise. D’un même cœur et d’un même esprit, la Chine et l’Afrique s’entraident et mettent au point un mécanisme particulier de coopération gagnant-gagnant.

Pilotée par la pensée de Xi Jinping sur la diplomatie, la partie chinoise reste attachée aux principes de « sincérité, résultats réels, amitié et bonne foi » et la recherche du plus grand bien et des intérêts partagés pour promouvoir une coopération gagnant-gagnant et un développement commun sur un pied d’égalité et de bénéfice mutuel.

La Chine respecte la volonté et les besoins réels des pays africains, n’interfère jamais dans leurs affaires intérieures, n’impose aucune condition politique à son aide, et ne recherche jamais de gains politiques en matière d’investissement et de financement.

À l’instar de l’emblème du FCSA, la Chine et l’Afrique sont de plus en plus unis pour un avenir de la paix, du développement, de la vitalité et de la prospérité.

La Chine et l’Afrique travaillent ensemble pour relever les défis de l’épidémie. Les pays africains et l’Union africaine ont apporté un soutien ferme à la Chine dans sa lutte au moment le plus difficile contre l’épidémie. La Chine a fourni en premier des vaccins aux pays africains et s’efforcera de fournir 2 milliards de doses de vaccins au monde tout au long de cette année.

Elle a fait don de 100 millions de dollars américains à la facilité COVAX, en vue de distribuer des vaccins dans les pays en développement, dont l’Afrique. Les dons de matériel anti-épidémique de la Chine ont permis de couvrir l’ensemble des pays africains membres du FCSA. Les 46 équipes médicales chinoises ont apporté leur soutien à l’Afrique avec près de 1 000 personnes médicales, combattant aux côtés du peuple africain.

La Chine et l’Afrique travaillent ensemble pour renforcer la coopération pragmatique à l’épreuve de l’épidémie. Un grand nombre de projets de coopération conçus dans le cadre des « huit initiatives majeures » annoncées en septembre 2018 à l’occasion du Sommet de Beijing du FCSA ont été concrétisés, apportant un soutien solide à la reprise économique africaine.

La Chine est restée le premier partenaire commercial de l’Afrique pendant 12 années consécutives, le volume des échanges Chine-Afrique a frôlé les 180 milliards de dollars américains en 2020; les investissements directs chinois en Afrique ont poursuit la croissance malgré le contexte compliqué, atteignant 2,96 milliards de dollars américains, soit une hausse de 9,5 % en glissement annuel.

La Chine a signé des accords de suspension du service de la dette avec 16 pays africains, et a annulé les prêts sans intérêts arrivant à échéance fin 2020 de 15 pays africains, ce qui en fait le plus grand pays d’allégement de la dette parmi les membres du G20.

La Chine et l’Afrique travaillent ensemble pour défendre le multilatéralisme. L’unilatéralisme, le protectionnisme et l’intimidation portent gravement atteinte à l’équité et à la justice internationales et vont à l’encontre des intérêts communs des pays en développement.

La Chine et l’Afrique soutiennent fermement le renforcement du rôle de l’ONU, préconisent la coopération internationale et font entendre leur voix de justice contre la politisation de l’épidémie, la discrimination raciale et l’ingérence extérieure. En tant que plus grand pays en développement, la Chine suit le principe des responsabilités communes mais différenciées, continue de renforcer ses propres actions et se tient inébranlablement en faveur de la justice pour les pays en développement, et est un partenaire fidèle de la partie africaine dans la lutte contre le changement climatique.

Dans le cadre du FCSA, l’amitié et la coopération entre la Chine et Madagascar se sont également développées sans cesse. Nos deux pays se soutiennent mutuellement sur les questions touchant aux intérêts vitaux et préoccupations majeures respectifs. La Chine apporte un soutien ferme à Madagascar dans sa lutte contre la COVID-19 et ses efforts pour la reprise économique, elle lui a fourni 300 000 doses de vaccins et fournira 800 000 doses supplémentaires.

La Chine est le premier partenaire commercial et la première source d’importations de Madagascar sans interruption depuis 2015. Selon la Douane malagasy, le total des échanges bilatéraux de marchandises au cours des trois premiers trimestres de 2021 a déjà égalé le total des échanges de l’ensemble de 2020, avec une augmentation de 31,0% par rapport à l’année dernière.

Nos deux pays ont su surmonter l’impact de l’épidémie et coopérer activement dans les domaines culturel, sécuritaire et de l’amélioration du bien-être du peuple. Les deux parties ont signé le nouveau accord de coopération économique et technique, des projets d’aide chinoise, tels que la route Ivato-Tsarasaotra et l’accès à la télévision par satellite dans 500 villages ont été achevés et livrés à la partie malagasy, la route des œufs est en voie d’achèvement, la route nationale 5A progresse de manière ordonnée. Ces relations d’amitié et de coopération si chères entre nos deux pays, sont, j’en suis sûre, au bénéfice réel de la société malagasy et des populations locales.

Cette année marque le 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois. La Chine a réalisé l’objectif du premier centenaire, à savoir édifier intégralement la société de moyenne aisance sur le vaste territoire de la Chine, et a entamé la nouvelle marche pour bâtir un pays socialiste moderne dans tous les domaines.

La Chine associera son propre développement à celui des pays en développement, fournira les opportunités de développement et réalisera un développement commun.

Nous espérons que la 8e Conférence ministérielle du FCSA permettra de promouvoir davantage la transformation et l’amélioration de la coopération amicale et mutuellement bénéfique entre la Chine et l’Afrique, de donner un nouvel élan de développement économique à l’Afrique, à la Chine et au monde après l’épidémie, et d’apporter de nouvelles réalisations à la coopération pragmatique entre la Chine et Madagascar.