Wang Yi, conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères de Chine, a rencontré le 6 janvier le ministre comorien des Affaires étrangères Dhoihir Dhoulkamal à Moroni, capitale des Comores.

A cette occasion, Wang Yi a rappelé que la Chine a été le premier pays à reconnaître l’indépendance des Comores et à établir des relations diplomatiques avec elles.

Au cours des 47 dernières années depuis l’établissement des relations diplomatiques, la Chine et les Comores se sont toujours montrées sincères et amicales, et les relations sino-comoriennes sont devenues un modèle d’égalité et de coopération gagnant-gagnant entre grands et petits pays.

Lire aussi : Les Comores cherchent à attirer les investissements de la Chine

« Le fait que le chef de la diplomatie chinoise ait fait des Comores une étape importante lors de sa première visite de l’année reflète la grande importance que Beijing attache aux relations entre la Chine et les Comores », a souligné Wang Yi.

Ce dernier a dit espérer que sa visite approfondira la coopération mutuellement bénéfique entre les deux pays dans divers domaines et donnera un nouvel élan au développement sain et stable des relations bilatérales.

De son côté, MDhoihir Dhoulkamal a déclaré que la visite de son homologue chinois aux Comores au début de la nouvelle année est « une manifestation vivante de la fraternité et de la bonne coopération entre les deux pays ».

« L’amitié entre les deux pays est durable et solide. La Chine et les Comores ont maintenu un degré élevé de confiance mutuelle dans la politique, des avantages mutuels et une situation gagnant-gagnant dans l’économie, un soutien mutuel sur la scène internationale et ont mené une coopération exemplaire », a ajouté Dhoihir Dhoulkamal.

Soulignant que son pays a toujours adhéré à la politique d’une seule Chine, le chef de la diplomatie comorienne a remercié la Chine pour son aide et son soutien au développement des Comores.

Ce dernier a exprimé sa volonté de travailler avec la Chine pour hisser la coopération entre les deux pays dans divers domaines à un nouveau niveau.

Selon Dhoihir Dhoulkamal, le contrôle efficace de la pandémie de COVID-19 auquel est parvenue la Chine a pleinement démontré une bonne gouvernance et une bonne gestion, tandis que le ferme soutien de la Chine à la lutte mondiale contre la pandémie a démontré sa responsabilité en tant que grande puissance.

Les pays africains ont également été encouragés par les initiatives de coopération avec l’Afrique proposées par la Chine et annoncées lors de la 8e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine, a déclaré le chef de la diplomatie comorienne.

Ce dernier a indiqué que « le FOCAC a fourni une bonne plate-forme aux deux parties pour approfondir leur partenariat et leur coopération stratégique, et a contribué à faire progresser le Plan Comores Emergentes à l’horizon 2030 ».

« Les Comores sont pour leur part disposées à travailler avec la Chine pour renforcer la solidarité sino-africaine, pour relever conjointement les défis mondiaux tels que la pandémie et le changement climatique, et pour parvenir à un développement commun », a poursuivi Dhoihir Dhoulkamal.

De son côté, Wang Yi a remercié les Comores pour « avoir maintenu leur position correcte sur les questions liées aux intérêts fondamentaux de la Chine« , ajoutant que « la Chine soutient également fermement les Comores dans la sauvegarde de leur indépendance souveraine, leur intégrité territoriale et leur dignité nationale et dans l’exploration d’une voie de développement conforme à leurs propres conditions nationales ».

D’ailleurs, la Chine est disposée à promouvoir la mise en œuvre des « neuf projets » de coopération sino-africaine dans le pays, à s’aligner sur la stratégie du « Plan Comores Emergentes à l’horizon 2030 » et à aider les Comores à réaliser un plus grand développement, a déclaré le ministre chinois.

Selon le chef de la diplomatie chinoise, la Chine et les Comores « doivent mieux tirer parti des avantages économiques et sociaux des projets achevés, explorer activement de nouveaux projets de subsistance avec une forte faisabilité et des résultats rapides, et mener une coopération dans des domaines où les Comores possèdent des avantages, tels que la transformation des épices et la pêche ».

Enfin, Wang Yi a invité les Comores à faire bon usage du « Circuit vert » pour les produits agricoles africains destinés à l’exportation vers la Chine et de la politique de droits zéro en faveur des produits des pays les moins avancés, afin d’aider davantage de produits de qualité en provenance des Comores à entrer sur le marché chinois, selon l’agence de presse, Xinhua.