La banque russe VTB a déclaré ce 6 septembre qu’elle était devenue la première banque russe à lancer des transferts d’argent vers la Chine en yuan sans utiliser le système de messagerie international SWIFT, utilisant les transactions financières à l’échelle mondiale.

La demande de yuan en Russie a augmenté depuis le 24 février, et notamment après l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les sanctions contre Moscou décidées par l’Occident, limitant son accès aux marchés du dollar et de l’euro.

Lire aussi : La Russie va utiliser le système de paiement chinois « UnionPay »

Les sanctions imposées aux grandes banques russes, dont la VTB contrôlée par l’État russe, par les occidentaux ont coupé les créanciers du système financier mondial. « La nouvelle réalité conduit à un rejet massif de l’utilisation du dollar et de l’euro dans les paiements internationaux », a déclaré Andrei Kostin, PDG de VTB, dans un communiqué, à l’AFP.

« Le lancement du système de transfert en yuan simplifiera considérablement le travail des entreprises et des particuliers russes avec leurs partenaires chinois, augmentant ainsi la popularité du yuan dans notre pays », a-t-il ajouté.

VTB a déclaré que le montant maximal d’un seul transfert d’argent était équivalent à 20 millions de roubles (328 677 $) et que la limite mensuelle maximale était fixée à 100 millions de roubles.

La banque prévoit de commencer à prêter en yuan et dans d’autres monnaies non occidentales d’ici la fin de l’année. Le plus grand créancier de Russie, Sberbank, a déclaré qu’il avait déjà commencé à prêter en yuan. Moscou cherche à développer son infrastructure financière dans les pays qui n’ont pas imposé de sanctions à son encontre.

Andrei Kostin Kostin de la VTB a également expliqué qu’il était nécessaire de développer des systèmes de paiement comme alternative à SWIFT, dont la VTB a été déconnectée en mars.

Les autorités occidentales ont retiré les principales banques russes de SWIFT après le lancement par Moscou d’une « opération militaire spéciale » en Ukraine, qui a débuté le 24 février.

Les sanctions ont augmenté l’utilisation de l’alternative russe à SWIFT, le Système de transfert de messages financiers (SPFS), qui a été développé par la banque centrale russe.