La Chine a accusé les États-Unis d’être le « plus grand destructeur » de l’ordre mondial, un jour après la dénonciation des règles occidentales par le ministre russe des Affaires étrangères.

Wang Wenbin, porte parole de la diplomatie chinoise

«Les États-Unis, en ‘quittant des communautés’ et en brandissant des sanctions et des menaces militaires contre d’autres, sont le plus grand destructeur de l’ordre mondial», a déclaré Wang Wenbin, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse tenue à Beijing.

Ce dernier a indiqué que «son ‘ordre basé sur des règles’ est un système hégémonique dominé par les États-Unis. Bon nombre de ses alliés ne sont pas d’accord avec ce système».

«L’ordre mondial ne peut être hégémonique ou conçu par un clan dirigé par les États-Unis. Tous les pays devraient pratiquer un véritable multilatéralisme, faire avancer la démocratisation des relations internationales et construire une collectivité offrant un avenir commun à l’humanité», a ajouté le porte-parole.

Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait déclaré que les ordres fondés sur des règles manquaient de contenu spécifique, ce qui permettait d’accuser les pays de « briser les règles » lorsqu’ils agissent contre la volonté de l’Occident.

«La ‘beauté’ des ‘règles’ occidentales réside précisément dans l’absence du concret: dès que quelqu’un agit contre la volonté de l’Occident, ce dernier annonce immédiatement de manière infondée une ‘violation des règles’ (sans avancer de preuves) et proclame son « droit de punir le transgresseur», a indiqué le ministre russe dans un article paru dans le quotidien russe Kommersant.

Sergueï Lavrov a déploré que «moins il y a de concret, plus les mains sont libres pour l’arbitraire(des occidentaux, ndlr), pour endiguer les concurrents par des méthodes déloyales».

Faisant référence aux récents échanges entre les présidents chinois et russe, Wang Wenbin a déclaré que «sous la direction stratégique du président Xi Jinping et du président russe Vladimir Poutine, les liens Chine-Russie sont entrés dans une des phases les plus optimales de leur histoire, avec une confiance politique solide et réciproque, ainsi que des intérêts mutuels».

Les liens entre la Russie et la Chine sont un « modèle » et un « exemple » de coopération bilatérale, ont déclaré lundi les dirigeants des deux pays. D’ailleurs, lors d’une réunion en ligne à l’occasion du 20e anniversaire du traité d’amitié sino-russe de 2001, les deux dirigeants ont convenu de prolonger le Traité de bon voisinage et de coopération amicale Chine-Russie de cinq ans.

Lire aussi : Le Traité de bon voisinage et de coopération amicale Chine-Russie a été prolongé

Le porte-parole de la Chine a également critiqué le Japon pour avoir appelé à « protéger l’île de Taïwan en tant que pays démocratique ».  

Cette opposition au pouvoir occidental n’est pas la première. En effet, un porte-parole de l’ambassade de Chine à Londres a déclaré que «l’époque où les décisions mondiales étaient dictées par un petit groupe de pays est révolue depuis longtemps».

Lire aussi : Front commun du G7 contre la Chine

Ce dernier a réagit à la volonté affichée par les membres du G7 réunis en sommet en Angleterre d’adopter une position unie face aux ambitions de la Chine.  «Nous avons toujours pensé que les pays, grands ou petits, puissants ou faibles, pauvres ou riches, sont égaux et que les affaires du monde devraient être traitées via des consultations entre tous les pays», a-t-il ajouté.