mercredi, juin 19

La Chine construit un mur « anti-Covid » à sa frontière sud

Le mut « anti-Covid » est long de 5 000 kilomètres et doit isoler la Birmanie voisine, en évitant notamment l’afflux de réfugiés, a rapporté le quotidien américain The Wall Street Journal.

Situé à la frontière sino-birmane, un mur géant est en train d’être construit à l’initiative de la Chine. Il a, officiellement, pour but de protéger le pays contre le Covid-19, alors que se sont ouvert les Jeux olympiques d’hiver 2022, a rapporté le journal américaine, The Wall Street Journal, cité par le site Slate.

La construction a son surnom : « la Grande Muraille anti-Covid ». Ce mur est considéré par certains experts comme un prétexte pour permettre à la Chine de réduire considérablement l’immigration en provenance de la Birmanie voisine, un an après le coup d’État militaire de l’armée.

Pékin pourrait utiliser ce mur afin de freiner une grande partie du trafic de drogue venu du Triangle d’or qui passe par cette frontière sino-birmane. Côté birman, la zone est contrôlée par des groupes mafieux et compte de nombreux casinos clandestins qui attirent des joueurs venus de toute la Chine.

Cette zone tampon pourrait entraîné la construction d’autres murs, à la frontière avec la Russie, et au sud, sur la frontière vietnamienne, où un mur de près de cinq mètres est déjà en construction.

Selon David Brenner, chercheur et auteur d’un livre sur les frontières de la Birmanie, le Covid-19 permet à Pékin d’appliquer des mesures prévues de longue date. «Le Covid-19 pourrait être la justification officielle que la Chine donne à la construction de la zone tampon. Mais cette intention est née bien avant et continuera bien après la pandémie», a expliqué ce dernier.

De plus, ce mur aurait également des conséquences environnementales sur la région, car la construction serait extrêmement polluante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *