lundi, mai 20

La Chine découvre des quantités considérables d’uranium

D’après le quotidien hongkongais, South China Morning Post, la Compagnie nucléaire nationale chinoise a découvert dans les profondeurs du pays, des réserves considérables d’uranium.

La Chine pourrait avoir découvert deux millions de tonnes d’uranium, soit dix fois plus que ses stocks actuels, la mettant sur un pied d’égalité avec son principal concurrent australien, l’une des nations les plus riches en combustible nucléaire.

L’approvisionnement chinois en uranium dépend en grande partie de pays extérieurs, dont l’Australie, le Kazakhstan et le Canada entre autre. Un tiers environ de sa consommation d’uranium provient de ses propres mines. Cependant, ces mines sont considérées comme relativement pauvres et complexes à exploiter.

La Chine compte sur une production d’électricité nucléaire plus importante dans les années à venir. Raison pour laquelle, Pékin a annoncé la construction de 150 nouveaux réacteurs, dans les quinze prochaines années.

Le plan devrait coûter au à la Chine près de 380 milliards d’euros, avec l’objectif annoncé de produire 200 gigawatts d’ici 2035, soit, selon l’agence de presse Bloomberg.

D’après Interesting Engineering, la découverte chinoise est une bonne nouvelle géostratégique pour la Chine, car elle constitue également une avancée imprévue pour la science.

Les réserves d’uranium qui ont été trouvées à une profondeur jamais vue auparavant, 3.000 mètres, pourraient bouleverser certains savoirs géologiques établis sur la formation du métal.

Certaines des poches d’uranium récemment découvertes se situées dans des zones ayant connu une forte activité sismologique, ce qui devrait rendre impossible la formation du métal. Cependant, certains experts indiquant que l’uranium aurait pu être formé à une plus grande profondeur au sein du manteau terrestre, avant d’être remonté puis piégé dans de petites poches par des collisions tectoniques.

Li Ziying, directeur du Beijing Research Institute of Uranium Geology, a mené une équipe pour extraire l’uranium. Pour cela, ils ont utilisé une technique très particulièrement consistant à rechercher des infimes variations de chaleur dues à la présence d’uranium dans les sols, grâce à des capteurs ultra-sensibles développés pour l’occasion.

Des foreuses spécialisées ont ensuite été chargées d’aller chercher, dans les grandes profondeurs, des extraits du métal supposé. L’équipe a aussi développé un modèle d’intelligence artificielle afin d’accélérer ses recherches en les ciblant plus efficacement.

La complexité a été de localiser l’une de ces poches, ce qui «est aussi complexe que trouver un CD dans une zone de 10.000 kilomètres carrés», a déclaré Li Ziying dans un journal scientifique chinois.

Les zones découvertes ne pourraient pas être que chinoises. Cependant, les nouvelles techniques développés par Li Ziying et son équipe pourraient être utilisés dans d’autres pays, afin d’y découvrir des stocks d’uranium jusqu’ici insoupçonnés.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *