vendredi, juin 14

La Chine dénonce la décision de Londres d’interdire Huawei

Londres veut accentuer les sanctions pesant sur les opérateurs ayant recours à des équipements Huawei. Pour la Chine, cette décision « porte atteinte à la confiance mutuelle pour la coopération bilatérale ».

Le Royaume-Uni veut interdire aux opérateurs britanniques de déployer leurs réseaux 5G à travers du matériel venant du géant chinois des télécommunications, Huawei. Londres vient dans ce sens de présenter un nouveau projet de loi destiné à «renforcer les normes de sécurité des réseaux britanniques» et à «éliminer la menace des fournisseurs à haut risque».

En juillet 2020, le Royaume-Uni a décidé d’interdire le recours à des équipements mobiles Huawei d’ici à la fin 2027. Cependant, la majorité du Premier ministre Boris Johnson est depuis plusieurs semaines décidé à restreindre l’utilisation des équipements de Huawei, soupçonné par Londres, les Etats-Unis, et la France, de fournir des données au gouvernement chinois.

Désormais, si les opérateurs britanniques ont recourir à des équipements de fournisseurs jugés peu fiables, dont Huawei. Ils bravent l’interdiction d’utiliser des équipements Huawei, ils pourraient ainsi se voir infliger des amendes journalières allant jusqu’à 10% de leur chiffre d’affaires, dans la limite de 100 000 livres par jour (soit 112 000€).

«Ce projet de loi révolutionnaire donnera au Royaume-Uni l’un des régimes de sécurité des télécommunications les plus stricts au monde, et nous permettra de prendre les mesures nécessaires pour protéger nos réseaux», a indiqué le secrétaire d’État britannique au numérique, Oliver Dowden, avant la présentation du nouveau projet de loi. .

«Cette décision est motivée par des raisons politiques et ne repose pas sur une évaluation équitable des risques», a indiqué le vice-président de Huawei, Victor Zhang, concernant le nouveau projet de loi.

«Elle ne sert les intérêts de personne car elle ferait passer la Grande-Bretagne dans la voie numérique lente, et mettrait en danger le programme de nivellement par le haut du gouvernement», a précisé ce dernier.

Pour le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Zhao Lijian, a indiqué que « sans aucune preuve concrète, le Royaume-Uni, en collaborant avec les Etats-Unis, a mené une discrimination et une répression à l’encontre des entreprises chinoises sous le prétexte non fondé de risques de sécurité ».

« Cela viole de manière flagrante les principes des règles liées à l’économie de marché et au libre-échange, porte gravement atteinte aux intérêts des entreprises chinoises et érode continuellement la confiance mutuelle avec la Chine, qui est le fondement de la coopération bilatérale », a précisé le porte-parole.

« Dans ce contexte, d’importantes préoccupations ont été soulevées concernant l’ouverture et l’équité du marché britannique, ainsi que la sécurité des investissements étrangers au Royaume-Uni », a ajouté Zhao Lijian, lors d’un point presse.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *