La Chine s’oppose à l’adoption de lois par le Congrès américain qui « contiennent des éléments négatifs concernant la Chine », a annoncé un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

En effet, le Congrès américain a approuvé un programme d’aide de 900 milliards de dollars (810 mds €) contre le COVID-19, avec 1.400 milliards de dollars (1 260 mds €) de financement régulier du gouvernement.

La loi sur la politique et le soutien au Tibet (TPSA) est un amendement au projet de loi de dépenses du gouvernement approuvée par les législateurs américains. Le document atteste que le Congrès américaine peut demander à la Chine d’accorder aux États-Unis un consulat au Tibet. De plus, ils assurent qu’ils ouvriront la voie à des sanctions contre les responsables de Chine continentale s’ils s’immiscent dans la succession du chef spirituel le Dalaï Lama.

Le chef politique du gouvernement tibétain en exil a salué cette nouvelle législation. «En adoptant le TPSA, le Congrès a envoyé haut et fort son message que le Tibet reste une priorité pour les États-Unis et qu’il continuera à soutenir sans relâche Sa Sainteté le Dalaï Lama et le CTA,» a déclaré Lobsang Sangay à l’agence de presse Reuters. «C’est une victoire pour la lutte pour la liberté tibétaine», a souligné ce dernier.

Or le projet de loi américain a également affirmé que la Chine «a déjà achevé des programmes de transfert d’eau détournant des milliards de mètres cubes d’eau chaque année et envisage de détourner davantage d’eau du plateau tibétain en Chine.»

Bien que la loi soutient le droit absolu des Tibétains de choisir un successeur du Dalaï Lama, elle propose également un dialogue entre la Chine et le dirigeant tibétain. Selon les médias, certains textes concernant le Tibet et Taïwan, ainsi que des clauses sur la Région administrative spéciale de Hong Kong ont été inclus dans le dispositif.

« Les affaires du Tibet, de Taïwan et de Hong Kong concernent la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine. Elles font purement partie des affaires intérieures de la Chine qui n’admettent aucune ingérence extérieure », a déclaré le porte-parole Wang Wenbin lors d’une conférence de presse.

Ce dernier a indiqué que la Chine est fermement déterminé à sauvegarder la souveraineté, la sécurité et les intérêts de la Chine en matière de développement.

« Nous exhortons la partie américaine à cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, et à ne pas signer de loi ou de mettre en oeuvre un contenu et des clauses négatives concernant la Chine dans les lois concernées, afin de ne pas porter atteinte davantage à la coopération bilatérale et à la situation globale des relations sino-américaines », a ajouté Wang Wenbin.

La Chine accuse depuis plusieurs années Washington de déstabiliser la région. En janvier, lorsque la Chambre a approuvé le projet de loi, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré qu’il avait envoyé un mauvais signal à «Forces cherchant l’indépendance du Tibet.»