La Chine a qualifié la décision américaine de diviser les réserves afghanes de « vol » et a exhorté Washington à restituer l’argent aux Afghans.

En effet, le 11 février, le président américain Joe Biden a signé un décret permettant la saisie de 7 milliards de dollars (6,14 milliards d’euros) de réserves de la banque centrale afghane déposés aux Etats-Unis.

Mohammad Naeem, porte-parole des talibans, a dénoncé cette mesure sur Twitter, la qualifiant de «vol» reflétant la «décadence humaine et morale» des Etats-Unis. Un avis partagé par la Chine.

« Les États-Unis ont volé de l’argent aux Afghans », a déclaré Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, sur Twitter.

Hua a réagi au décret du président américain Joe Biden vendredi dernier divisant les 7 milliards de dollars d’actifs de la banque centrale afghane, allouant la moitié à l’aide humanitaire au pays frappé par la pauvreté et ravagé par 42 ans de guerre, tout en gardant l’autre moitié disponible pour l’indemnisation des victimes de les attentats du 11 septembre.

« Les attentats du 11 septembre n’ont rien à voir avec l’Afghanistan », a déclaré le porte-parole adjoint, Inamullah Samangani, dans un communiqué.

« Si quelqu’un mérite une compensation, ce devrait être les Afghans », a déclaré Mir Afghan Safi, le président de l’association des agents de change en Afghanistan, qui participait à la manifestation mardi matin à Kaboul. « Leurs deux tours (du World Trade Center à New York) ont été détruites (le 11 septembre 2001), mais tous nos districts et notre pays entier ont été détruits », a-t-il ajouté.

Pour Hua Chunying, « c’est un vol flagrant et un déclin moral éhonté. Les États-Unis devraient immédiatement restituer l’argent volé au peuple afghan et indemniser les personnes en Afghanistan, en Irak, en Libye et autres qui sont mortes ou ont subi des pertes lors des invasions militaires américaines ».

« Si les États-Unis ne reviennent pas de leur position et poursuivent leurs actions provocatrices, l’émirat islamique (talibans) sera également contraint de reconsidérer sa politique envers le pays », a déclaré le porte-parole du gouvernement intérimaire.

Ce dernier a indiqué que « toute falsification des biens du peuple afghan sous prétexte de l’incident du 11 septembre est un abus et une injustice flagrants qui constituent une violation flagrante de l’accord conclu avec l’émirat islamique d’Afghanistan ainsi qu’une tentative de dissimuler les 20 années de ses crimes commis en Afghanistan ».

Exhortant Washington à dégeler «sans condition» la richesse des Afghans, le gouvernement intérimaire afghan a demandé aux États-Unis de «s’abstenir de toute action provocatrice pouvant conduire à davantage de méfiance».