Les ministres des affaires étrangères, Wang Yi et Raychelle Omamo, sont parvenus à un consensus en vertu duquel la Chine et le Kenya renforceront et approfondiront leurs relations dans quatre domaines.

Les deux ministres ont fait cette annonce lors d’une conférence de presse conjointe, à Mombasa, la ville côtière du Kenya. A cette occasion, Wang Yi a indiqué que « le Kenya est le partenaire stratégique et coopératif global de la Chine en Afrique et un pays exemplaire pour présenter la coopération Chine-Afrique dans le cadre de l’Initiative la Ceinture et la Route (ICR) ».

Ce dernier a souligné que « les relations Chine-Kenya sont devenues un modèle de solidarité, de coopération et de développement commun Chine-Afrique ».

« La ministre Raychelle Omamo et moi-même sommes parvenus à un consensus en vertu duquel, dans le cadre du partenariat stratégique et coopératif global entre la Chine et le Kenya, les deux parties doivent s’efforcer de renforcer et d’élargir le partenariat dans quatre domaines », a souligné Wang Yi.

Ces quatre domaines ont été détaillés par les deux ministres :

  • Premièrement, la Chine et le Kenya doivent être des partenaires qui se soutiennent fermement l’un l’autre. Les deux pays se soutiendront sans faillir dans la sauvegarde de leur souveraineté nationale et de leur intégrité territoriale, dans la préservation de leurs droits et intérêts légitimes et dans l’exploration de voies de développement adaptées à leurs conditions nationales.
  • Deuxièmement, la Chine et le Kenya doivent être partenaires pour accélérer le développement et la revitalisation. La Chine et le Kenya continueront à renforcer le développement des infrastructures et la coopération en matière de commerce et d’investissement, et aideront le Kenya à accélérer son industrialisation et sa modernisation.
  • Troisièmement, la Chine et le Kenya doivent être des partenaires dans la promotion de l’unité sino-africaine. La Chine et le Kenya travailleront ensemble pour mettre en œuvre les résultats de la huitième conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine, continueront à promouvoir la coopération globale entre la Chine et l’Afrique et construiront conjointement une communauté de destin sino-africaine dans la nouvelle ère.
  • Quatrièmement, la Chine et le Kenya doivent être des partenaires dans la sauvegarde de la paix régionale. Les deux parties doivent maintenir une communication étroite sur la situation régionale et les points chauds, renforcer la coordination et la coopération au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies et d’autres plateformes, et jouer un rôle plus important dans la promotion de la paix et de la stabilité régionales.

La ministre a montré à son homologue chinois des photos d’antiques pièces de monnaie chinoises découvertes au Kenya. Signe, selon elle, que l’amitié sino-kényane jouit d’une longue histoire. Les échanges entre les deux pays remontent à plus de 600 ans, lorsque le grand navigateur chinois Zheng He a emmené une flotte visiter Mombasa, a précisé cette dernière.

Raychelle Omamo a remercié la Chine pour le soutien et l’aide qu’elle a toujours apportés au développement économique et social du Kenya.

« Sous l’impulsion de la coopération entre les deux pays, le Kenya a connu une croissance économique rapide et a pu se doter de nouvelles infrastructures, notamment grâce à l’approfondissement de la coopération dans le cadre de l’initiative chinoise la Ceinture et la Route », a ajouté Mme Omamo.

« La Chine est devenue un partenaire de développement indispensable pour le Kenya », a-t-elle indiqué. « Le Kenya apprécie également beaucoup l’importante initiative des « Neuf projets » présentée par le président Xi Jinping lors de la 8e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA), une initiative qui atteste une fois de plus de la solidité du partenariat entre l’Afrique et la Chine, mais aussi de la sincérité des contributions chinoises au développement de l’Afrique », a-t-elle dit.

Raychelle Omamo a affirmé que le Kenya était prêt à travailler de concert avec la Chine pour mettre en œuvre cette initiative, appliquer concrètement les résultats du sommet du FOCAC et rendre la coopération Afrique-Chine encore plus fructueuse.

De son côté, Wang Yi a indiqué que la Chine et le Kenya étaient liés par des relations séculaires. « Il y a plus de 600 ans, les échanges amicaux du navigateur chinois Zheng He avec le Kenya et avec d’autres pays africains ont déjà prouvé que la Chine est un pays pacifique, harmonieux et digne de confiance. Aujourd’hui, 600 ans plus tard, les ingénieurs et techniciens chinois travaillent dur pour contribuer au développement économique et national du Kenya, donnant un excellent exemple de l’amitié sino-kényane dans la nouvelle ère ».

« La coopération sino-kényane a d’ores et déjà produit des résultats fructueux. La Chine est devenue le plus grand partenaire commercial du Kenya, mais aussi la plus importante source d’investissements étrangers et le plus grand entrepreneur de projets du pays. Elle est prête à mettre en œuvre le consensus atteint lors du FOCAC, à approfondir la coopération pragmatique entre les deux parties et à insuffler un nouvel élan au partenariat stratégique global de coopération Chine-Kenya », a déclaré Wang Yi.

Lire aussi : Les investissements et l’influence de la Chine s’élargissent en Afrique

La Chine « considère le Kenya comme une priorité », et est disposée à l’aider à améliorer son système de conservation des vaccins et à examiner la possibilité de coopérer en matière de production de vaccins et de réactifs de test.

Outre la lutte contre le Covid-19 et ses variants, la Chine et le Kenya vont coopérer dans les domaines de l’économie, du commerce, des investissements et des infrastructures, faire avancer la réalisation de divers projets clés. Pékin a dit vouloir aider le Kenya à construire des ceintures économiques et des parcs industriels le long de ses voies ferrées afin de générer un développement interconnecté.

Suite à leur entretient, chinois et kényans ont assisté à la signature de divers documents de coopération dans les domaines de l’économie numérique, de l’investissement, de l’agriculture et de l’exportation de produits agricoles kényans vers la Chine. Elles ont également rencontré conjointement la presse.

Les ministres kényans du Trésor et de la Planification, du Commerce et de l’Industrialisation, de l’Agriculture, de la Santé, et de l’Information et des Communications ont assisté aux discussions, et ont échangé des points de vue sur le renforcement de la coopération dans les domaines qui les concernaient.