Le ministère chinois des Affaires étrangères a indiqué que les États-Unis devraient suivre la Chine et accepter les résultats de l’enquête de l’équipe de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur les origines du coronavirus.

Wang Webin, le porte-parole du ministère a déclaré lors d’un pointe presse que «le gouvernement chinois a fourni un soutien et une assistance importants à la mission de l’OMS en Chine dans le cadre de l’étude sur les origines du coronavirus».

Ce dernier a également souligné qu’il existait un grand nombre de rapports et d’études laissant entendre que l’épidémie avait débuté en plusieurs endroits dans le monde, dont aux États-Unis à partir du deuxième semestre de 2019, avant que le virus commence à se propager à Wuhan.

Les experts de l’OMS sont à Wuhan depuis le 14 janvier pour enquêter sur les origines du coronavirus.

Ils indiquent que leurs découvertes laissent penser qu’il est peu probable que le virus se soit échappé de l’Institut de virologie de Wuhan bien que l’administration de l’ex-président Donald Trump ait assuré du contraire. Washington précise qu’il examinera les résultats de l’OMS.

Lire aussi : A Wuhan, l’équipe de l’OMS émet des hypothèses sur l’origine du coronavirus

D’ailleurs, l’équipe conjointe OMS-Chine qui étudie les origines du nouveau coronavirus, a affirmé que le marché des fruits de mer de Huanan à Wuhan pourrait ne pas être le lieu du premier foyer de COVID-19.

Liang Wannian, membre de l’équipe, a indiqué que rétrospectivement, le premier cas de COVID-19 à Wuhan n’avait aucun rapport avec le marché des fruits de mer de Huanan. « Nous ne pouvons pas dire que c’était le point de départ de l’épidémie », a-t-il déclaré.

Le marché a été l’épicentre de l’épidémie de Covid-19 durant plusieurs mois après qu’un premier foyer a été retracé jusqu’aux personnes travaillant dans le marché. Or Peter Ben Embarek, membre de l’équipe conjointe OMS-Chine, a également indiqué que le rôle exact du marché des fruits de mer de Huanan n’était pas clair.

Ce dernier a noté que si le marché était probablement un lieu où le virus aurait pu facilement se propager, ce n’est « pas toute l’histoire ». « Il y a également eu une propagation parmi des individus non liés au marché », a-t-il noté, ajoutant que certains cas étaient liés à d’autres marchés alors que d’autres n’avaient aucun lien avec les marchés.