La sonde chinoise Tianwen-1 entre en orbite autour de Mars

par | Fév 12, 2021 | Espace, SCI/TECH

La sonde chinoise Tianwen-1 est entrée le 9 février avec succès en orbite autour de Mars après un voyage de près de sept mois depuis la Terre.

Le moteur 3000N a été allumé à 19h52 (heure de Beijing) afin de décélérer Tianwen-1, selon l’Administration nationale de l’espace de Chine. Après environ quinze minutes, le vaisseau spatial, qui se compose d’un orbiteur, d’un atterrisseur et d’un rover, a suffisamment ralenti pour être capturé par la gravité martienne.

Lire aussi : L’agence spatiale chinoise a envoyé la première image de Mars

Une entrée en orbite réussie

Tianwen-1 est ainsi entré en orbite elliptique autour de la planète rouge, avec sa distance plus proche de la surface martienne à environ 400 km. Tianwen-1 devrait passer environ dix jours terrestres pour réaliser un cercle.

« Cette avancée marque la réalisation d’un pas clé de la Chine dans son programme actuel d’exploration martienne, visant à accomplir l’entrée en orbite, l’atterrissage et l’utilisation d’un rover en une seule mission », d’après l’Administration nationale de l’espace de Chine.

Après l’entrée en orbite martienne de Tianwen-1, des charges utiles à bord de l’orbiteur, comme des caméras et divers analyseurs de particules, commenceront à fonctionner et à effectuer des études de la planète.

Tianwen-1 a été lancé par une fusée Longue Marche-5, le plus grand véhicule de lancement de la Chine, depuis le site de lancement d’engins spatiaux de Wenchang, dans la province de Hainan (sud de la Chine), le 23 juillet 2020.

Depuis Tianwen-1 a voyagé dans l’espace pendant 202 jours. La sonde a effectué quatre corrections orbitales et une manœuvre dans l’espace profond. Elle a parcouru 475 millions de km et se trouvait à 192 millions de km de la Terre lors de son entrée dans l’orbite martienne.

« Un radiotélescope mobile avec une antenne de 70 mètres de diamètre dans l’arrondissement de Wuqing, dans la ville de Tianjin (nord de la Chine), est une installation clé qui reçoit des données scientifiques envoyées par la sonde martienne », a expliqué l’administration. Cette dernière a indiqué que « le temps nécessaire aux communications à sens unique est d’environ 10,7 minutes ».

Tianwen-1 effectuera diverses corrections orbitales pour entrer dans une orbite temporaire de stationnement autour de Mars. Tianwen-1 devra chercher des sites d’atterrissage potentiels en préparation d’un atterrissage en mai ou en juin.

Une mission ambitieuse

La Chine se joint aux autres engins spatiaux partit pour Mars, comme la sonde Hope des Émirats Arabes Unis, et le rover Perseverance de la NASA. La course à l’exploration de Mars est grande ouverte, notamment entre la Chine et les États-Unis. La Chine ambitionne de surpasser les Américains d’ici 10 ans en étant le premier pays à parvenir à rapporter sur Terre des échantillons martiens.

En effet, la planète contiendrait des quantités importantes de glace souterraine. D’après certains scientifiques, la poussière d’Utopia Planitia pourrait contenir des traces de vies.

“Trouver des preuves de vie sur Mars”, a expliqué Athena Coustenis, est un objectif important pour Tianwen-1. De plus, la mission chinoise devrait recueillir des données sur l’atmosphère et la géologie qui permettront d’améliorer la connaissance que nous avons de la planète.

Interrogé par le Huffpost, Francis Rocard, responsable du programme d’exploration du système solaire au CNES, a estimé que les instruments scientifiques embarqués par Tianwen-1 ne sont « pas aussi performants » que ceux utilisés lors des missions américaines.

Malgré tout, les objectifs de la mission Tianwen-1 restent « très ambitieux » a expliqué l’astrophysicienne Athena Coustenis, car la Chine veut se positionner en « challenger » et entrer dans la cour des grands de l’espace aux côtés des États-Unis, de la Russie et de l’Europe.

Vous souhaitez en savoir plus, recherchez votre article

%d blogueurs aiment cette page :