lundi, juin 24

La Chine exhorte les Etats-Unis à résoudre le problème de la dette africaine

La Chine a exhorté, le 10 avril, les Etats-Unis à résoudre le problème de la dette de l’Afrique, assurant qu’elle ne vise nullement à « piéger les pays africains par ces dettes ».

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a répondu aux critiques de certains hauts fonctionnaires américains et de la Banque mondiale, qui attestent que la Chine sur la question de la dette africaine, qualifiant la Chine d’obstacle à la réduction de la dette des pays africains et demandant à la Chine de faire davantage pour la restructuration de la dette de ces pays.

Lire aussi Pas de « piège de la dette » selon l’envoyé spécial de la Chine dans la Corne de l’Afrique

Le porte-parole a répondu aux accusations proférées contre la Chine par certains responsables américains et de la Banque mondiale concernant la question de la dette de l’Afrique.

« De telles allégations ne reposent sur aucune base factuelle. La Chine attache une grande importance à la question de la dette africaine et travaille activement pour aider l’Afrique à y faire face. La Chine a contribué à l’initiative de suspension du service de la dette (ISSD) plus que tout autre membre du G20″, a indiqué Wang Wenbin.

Ce dernier a cité les dernières conclusions de l’initiative de recherche de l’Institut Chine-Afrique de l’Université Johns Hopkins montrent que la Chine a participé activement à l’ISSD du G20 et qu’elle a contribué à 63% des suspensions du service de la dette.

Le rapport indique également que « la Chine a eu une bonne communication avec les autres parties participantes, qu’elle a mis en œuvre efficacement les mesures d’allègement de la dette et qu’elle a assez bien rempli son rôle ».

Ce dernier a ajouté que les Etats-Unis étaient le plus grand actionnaire de la Banque mondiale et du FMI, et que le capital financier en provenance des Etats-Unis et de l’Europe était le plus grand créancier commercial des pays africains.

Lire aussi : Les prêteurs occidentaux privés sont à l’origine de la dette africaine

Wang Wenbin a indiqué que « selon les statistiques d’un rapport de la Banque mondiale, près des trois quarts de la dette extérieure totale de l’Afrique sont détenus par des institutions financières multilatérales et des créanciers commerciaux, qui détiennent ensemble la majeure partie de la dette africaine ».

La Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) représentent près de 70% de la dette de l’Afrique envers les institutions financières multilatérales, a expliqué ce dernier.

D’ailleurs, « les États-Unis sont le principal actionnaire de la Banque mondiale et du FMI, et les capitaux financiers des États-Unis et de l’Europe sont les principaux créanciers commerciaux des pays africains. Ils ont une responsabilité impérieuse dans la résolution de la dette africaine ».

« Nous demandons instamment aux États-Unis d’assumer sérieusement leur responsabilité et de faire davantage d’efforts pour promouvoir la participation substantielle des institutions financières multilatérales et des créanciers commerciaux dans le traitement des questions relatives à la dette de l’Afrique« , a souligné le porte-parole de la diplomatie chinoise.

Il a souligné que les grandes puissances mondiales continuent intensément de se tourner vers Afrique, car les chefs de la diplomatie russe et chinoise, le président français Emmanuel Macron, et la vice-présidente américaine, Kamala Harris, se sont rendus sur le continent pour une tournée comprenant le Ghana, la Tanzanie et la Zambie, en mars dernier.

Le porte-parole de la diplomatie chinoise a indiqué que le déplacement de Kamala Harris intervenait à la suite d’un sommet sur l’Afrique qui s’est tenu en décembre dernier à Washington, pendant lequel le président Joe Biden a plaidé pour créer un vaste partenariat avec l’Afrique, dans un contexte de concurrence mondiale sur le continent, notamment avec la Chine.

Pour conclure, Wang Wenbin a indiqué que « la Chine n’est pas la source du piège de la dette des pays africains, mais un partenaire qui aide ces pays à sortir du piège de la pauvreté ». Il a accusé les États-Unis et d’autres pays occidentaux d’utiliser ces accusations « pour perturber et saboter la coopération entre la Chine et d’autres pays en développement ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *