mardi, janvier 23

Pas de « piège de la dette » selon l’envoyé spécial de la Chine dans la Corne de l’Afrique

Xue Bing, envoyé spécial de la Chine dans la Corne de l’Afrique, a rejeté les accusations faites par les Occidentaux que la Chine créerait un « piège de la dette » en Afrique, qualifiant ces affirmations de « piège narratif ».

S’adressant à la presse à Addis-Abeba, en Ethiopie, il a déclaré que « le fardeau de la dette de l’Afrique ne devait pas être imputé à la Chine ».

Lire aussi : Washington a accusé la Chine d’empêcher l’allègement de la dette des pays d’Afrique

Pour appuyer ses propos, il a rappelé les récents rapports d’institutions internationales et les recherches menées par des think tank chinois et occidentaux montrant que la dette africaine est principalement constituée d’obligations détenues par des créanciers privés occidentaux.

Lire aussi : Les prêteurs occidentaux privés sont à l’origine de la dette africaine

Ce dernier a assuré que certains pays Occidentaux déformaient « les faits et la vérité (…) au sujet de la question de la dette africaine ».

Les données de la Banque mondiale parues en 2022 ont montré selon lui que sur un total de 696 milliards de dollars de dette extérieure dans les 49 pays africains disposant de données accessibles :

  • les 3/4 étaient détenus par des institutions financières multilatérales et des créanciers commerciaux, soit la part du lion des dettes de l’Afrique; et
  • 35% de la dette étaient dus à des prêteurs privés occidentaux, soit près de trois fois le total des obligations envers la Chine.

Alors que la cause de la crise de la dette est multiforme – la pandémie de COVID-19, les conflits géopolitiques et les prêts institutionnels excessifs – Xue Bing a déclaré que les hausses de taux de la Réserve fédérale américaine l’année dernière avaient porté préjudice à l’Afrique.

Lire aussi : Les banques africaines rassurent sur la dette chinoise vers l’Afrique

Pour l’envoyé spécial, « le fait de blâmer la Chine au sujet des problèmes de dette provoque une confusion dans l’esprit du public et détourne l’attention des véritables responsables ».

Selon lui, « étant donné que la plupart des dettes des pays émergents et à faible revenu sont payées dans une devise étrangère, notamment le dollar, la politique monétaire irresponsable des Etats-Unis a aggravé les problèmes d’endettement de ces pays ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *