La Chine a officiellement rétrogradé ses relations diplomatiques avec la Lituanie au rang de « chargé d’affaires », a déclaré le ministère des Affaires étrangères, pour protester contre l’établissement du « bureau de représentation de Taïwan » à Vilnius.

« Le gouvernement chinois a dû abaisser les relations diplomatiques entre les deux pays (…) afin de sauvegarder sa souveraineté et les normes fondamentales des relations internationales », a indiqué le ministère dans un communiqué.

Lire aussi : La tension entre la Chine et la Lituanie s’intensifie

Pékin a ajouté que la Lituanie avait « abandonné l’engagement politique pris lors de l’établissement de relations diplomatiques » avec la Chine, en référence à la « politique d’une seule Chine », selon laquelle les pays reconnaissent officiellement le gouvernement chinois plutôt que celui de Taïwan.

REMISE EN CAUSE DES ACCORDS DIPLOMATIQUES

En effet, la Chine a vivement protesté et exprimé sa ferme opposition face à la décision par la Lituanie de l’établissement du « Bureau de représentation de Taiwan en Lituanie », selon un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

D’après le porte-parole, le gouvernement lituanien, « au mépris de la forte objection et de la dissuasion répétée » de la Chine, a approuvé l’établissement du soi-disant « Bureau de représentation de Taiwan en Lituanie » par les autorités taïwanaises.

« Cette décision crée la fausse impression d’une Chine, un Taiwan dans le monde, viole de manière flagrante le principe d’une seule Chine, marque un renoncement de l’engagement politique de la Lituanie dans le communiqué sur l’établissement des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine, sape la souveraineté et l’intégrité territoriale de la Chine et représente une ingérence grossière dans les affaires intérieures de la Chine ».

Lire aussi : Tension Chine-Lituanie : Vilnius recommande de jeter son téléphone chinois

« Le gouvernement chinois proteste vivement et exprime sa ferme opposition face à cette décision scandaleuse et adoptera toutes les mesures nécessaires pour défendre la souveraineté nationale et l’intégrité territoriale. La partie lituanienne sera responsable de toutes les conséquences qui en découleront« , a indiqué le porte-parole.

« Il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, Taiwan est une partie inaliénable du territoire chinois, et le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légitime représentant l’ensemble de la Chine », a affirmé le porte-parole, ajoutant que la Chine avait demandé à la partie lituanienne de corriger immédiatement sa décision erronée.

« Nous lançons également cet avertissement solennel aux autorités de Taiwan : rechercher ‘l’indépendance de Taiwan’ en sollicitant le soutien étranger est une tentative totalement malavisée qui est vouée à l’échec », a souligné le porte-parole.

LE BUREAU DE LA POLÉMIQUE

L’annonce en juillet de l’ouverture à Vilnius de cette ambassade de facto avait déclenché une campagne de pression chinoise visant à isoler l’île démocratique autonome sur la scène internationale.

Lire aussi : La Chine a décidé de rappeler son ambassadeur en Lituanie

Pékin avait rappelé son ambassadeur en Lituanie et exigé que Vilnius rappelle son ambassadrice en Chine, ce que la Lituanie a fait. La Chine a également interrompu la circulation des trains de marchandises à destination de la Lituanie et cessé de délivrer des permis d’exportation de produits alimentaires.

Quelques jours auparavant, l’ancien vice-président de la République de Chine – Taïwan, Chen Chien-jen, est parti le 15 novembre à destination de la Pologne et de la Lituanie.

En Lituanie, il donnera un discours sur «Taïwan comme argument décisif pour la démocratie» à l’occasion du forum sur l’avenir de la démocratie, à l’invitation du ministre lituanien des affaires étrangères, Gabrielius Langsbergis.

« Cette intervention permettra de détailler les accomplissements de Taïwan dans ce domaine, ainsi que dans la gestion de la crise du Covid-19 ou bien encore sur les dangers de la désinformation et des cyberattaques », selon le communiqué publié sur le site du gouvernement taiwanais.

Ce forum, qui se tiendra pendant deux jours à Vilnius, a pour objectif de rapprocher les pays dans la lutte contre les tendances à l’autoritarisme et la réduction de l’espace démocratique. Parmi les autres invités à ce forum se trouvera le sous-secrétaire d’État américain à la sécurité civile, démocratie et droits de l’homme, Uzra Zeya.