Par China Internet Information Center – Au cours des trois premiers jours de 2021, la Chine a lancé son premier accord de libre-échange (ALE) avec un pays africain et le ministre chinois des Affaires étrangères s’est préparé pour son premier voyage officiel de l’année dans plusieurs pays africains, marquant l’orientation inchangée de la Chine pour la nouvelle année : élargir son réseau de partenaires commerciaux et poursuivre la coopération avec l’Afrique malgré les perturbations causées par le COVID-19.

Projet phare de la coopération sino-mauricienne : Jin Fei

Le 1er janvier, des responsables chinois et mauriciens ont lancé un ALE après trois ans de négociations et de préparatifs, marquant le premier ALE de ce type entre la Chine et un pays africain.

Contenant 17 chapitres, l’ALE couvre un large éventail de domaines de coopération, dont le commerce des marchandises, les investissements, la propriété intellectuelle et le commerce électronique. L’ALE devrait entraîner une croissance des exportations de vêtements, de fruits de mer et d’autres produits de Maurice vers la Chine ainsi qu’une croissance des exportations chinoises d’acier, de textile et d’autres produits vers Maurice, a déclaré un responsable du ministère chinois du Commerce dans un communiqué.

En outre, les deux pays ont convenu d’étendre leur coopération économique et technologique dans plusieurs domaines, dont notamment l’agriculture, les finances, la santé et le tourisme, selon le communiqué.

Alors que les exportations de Maurice vers la Chine sont relativement faibles, l’ALE aura une plus grande importance pour la coopération entre la Chine et le continent africain au sens large, a indiqué Bai Ming, directeur adjoint de l’Institut d’études des marchés internationaux affilié au ministère du Commerce.

Lire aussi : Entrée en vigueur de l’accord de libre-échange entre Maurice et la Chine

« La signature d’un accord de libre-échange avec Maurice aidera la Chine à s’intégrer davantage dans l’économie africaine et la chaîne industrielle africaine », a souligné dimanche M. Bai, notant que les capacités de fabrication et les matières premières de la Chine pourront atteindre davantage de pays africains via Maurice après la mise en œuvre de l’ALE.

Cependant, les ALE sont loin d’être le seul moyen que la Chine utilise pour développer le commerce et d’autres types de coopération avec l’Afrique. Le conseiller d’État et ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi doit partir lundi pour son premier voyage officiel de l’année dans cinq pays africains – le Nigeria, la République démocratique du Congo, le Botswana, la Tanzanie et les Seychelles – conformément à une tradition débutée en 1991, a déclaré le ministère chinois des Affaires étrangères.

Ministre des affaires étrangères, Wang Yi

Ce voyage vise à renforcer la communication et la coopération avec les pays africains, à améliorer la collaboration pour la reprise économique et dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, ainsi qu’à faire progresser la coopération dans le cadre de l’initiative de « La Ceinture et la Route », a affirmé le ministère.

« La Chine et l’Afrique ont toujours partagé les bons comme les mauvais moments. Cette amitié est ressortie encore plus forte face au test qu’a représenté le COVID-19 en 2020 », a souligné Wang Yi, dans une interview avec l’agence de presse Xinhua et China Media Group, ajoutant que la Chine allait travailler avec l’Afrique dans trois domaines prioritaires : la coopération en matière de vaccins et de relance économique, l’ouverture de nouveaux horizons pour la coopération, et l’apport de nouveaux avantages pour la population.

Alors que les exportations africaines vers la Chine ont considérablement chuté en 2020 en raison de la pandémie, il y a un grand besoin d’investissements extérieurs en Afrique pour aider le continent à faire face aux retombées de la pandémie et à renforcer ses capacités industrielles, ont avancé des analystes chinois.

« En ce qui concerne l’avenir, il est inévitable que la Chine augmentera considérablement ses investissements en Afrique. Bien entendu, cela nécessitera également un soutien politique, tel que le financement de l’aide pour l’Afrique », a déclaré dimanche Song Wei, chercheur associé à l’Académie chinoise du commerce international et de la coopération économique.

Au-delà du renforcement de la coopération avec l’Afrique, le nouvel ALE et les nouvelles initiatives envoient un signal beaucoup plus clair que la Chine continuera à poursuivre la coopération multilatérale face à la montée de l’unilatéralisme et du protectionnisme, ont affirmé des experts.

« La signature de l’accord entre la Chine et Maurice est également un signe montrant que la Chine soutiendra sans réserve la stratégie de mondialisation et s’opposera à l’unilatéralisme », a déclaré M. Song.

Outre l’ALE Chine-Maurice, la Chine a commencé à mettre en œuvre des ALE améliorés avec plusieurs autres pays le jour du Nouvel An, avec notamment la Nouvelle-Zélande, le Pérou, la Suisse, l’Australie et la Corée du Sud.

La Chine et d’autres économies de la région Asie-Pacifique ont signé le plus grand pacte commercial du monde l’année dernière, et la Chine et l’UE ont achevé fin décembre les négociations d’un traité bilatéral d’investissement.