La Chine a mit l’accent sur le mécanisme de négociation des prix, en décidant de fortes baisses de prix ce qui a conduit à l’inclusion de médicaments dans la nouvelle liste nationale des médicaments à rembourser, selon GlobalData.

La Chine a mis à jour sa liste nationale des médicaments à rembourser (NRDL) en décembre 2020, afin d’inclure 119 nouveaux médicaments, avec une réduction de prix moyenne de 50,64% acceptée par les sociétés pharmaceutiques.

Le mécanisme de négociation des prix avec de fortes baisses de prix conduit à l’inclusion des médicaments dans la NRDL, a déclaré GlobalData, société de données et d’analyse.

La mise à jour de la NRDL 2020 est la sixième depuis sa création en 2000. Depuis 2017, la Chine met à jour la NRDL chaque année, et le mécanisme de négociation des prix entraîne systématiquement des réductions de prix substantielles pour les médicaments commercialisés.

Si les baisses de prix négociées ont un impact sur les résultats des sociétés pharmaceutiques, le programme a profité à l’ensemble de l’industrie. Un avantage majeur a été une réduction significative du délai moyen entre le lancement et le remboursement des médicaments innovateurs.

Bhavani Nelavelly, analyste pharmaceutique chez GlobalData, a indiqué que « la mise à jour de la NRDL 2020 a révélé l’intérêt croissant de remplacer les thérapies précédemment incluses par des médicaments qui ont montré des avantages cliniques et économiques supplémentaires. Alors que les multinationales étrangères et les entreprises chinoises nationales ont eu des chances égales de négocier, les entreprises étrangères ont perdu face aux acteurs nationaux, qui ont offert des rabais plus importants ».

La liste NRDL 2020 contient 2800 médicaments, dont 1264 sont des médicaments occidentaux. Pendant la période de l’accord NRDL, 221 médicaments étaient en cours de négociation, dont 119 médicaments ont été inclus dans la NRDL, ce qui reflète un taux de réussite de 73,46% dans les négociations. Sur les 119 médicaments inclus dans la liste, 96 sont des médicaments de marque. Au total, 206 nouveaux médicaments ont été ajoutés à la NRDL depuis 2017.

GlobalData prévoit que le marché pharmaceutique chinois passera de près de 166,7 milliards de dollars en 2020 à plus de 262 milliards de dollars en 2025.

Au cours des dernières années, alors que les médicaments anticancéreux sont restés au centre des négociations de la NRDL, l’accent a également été mis sur les traitements des maladies chroniques en raison du coût élevé des médicaments. Les faits saillants des ajouts en 2020 incluent trois inhibiteurs de PD-1 cultivés localement – tislelizumab, camrélizumab et toripalimab – de la biopharmacie chinoise, contre des blockbusters comme Keytruda, Opdivo, Imfinzi et Tecentriq.

Bhavani Nelavelly a expliqué que « sur la base des révisions 2019 et 2020 de la NRDL, il semble que la négociation sur les prix soit devenue obligatoire pour l’inclusion de la NRDL. La National Healthcare Security Administration, qui est responsable du maintien de la NRDL, s’attend à ce que les remises sur les prix rendent les médicaments à prix élevé accessibles aux patients. Pour se préparer à la négociation nationale, les entreprises sont tenues de fournir des preuves détaillées sur la valeur clinique et l’évaluation pharmacoéconomique, qui sont des considérations clés du payeur ».

« Le processus de négociation des prix NRDL a conduit à un accès élargi au marché chinois, et il existe désormais une opportunité d’entrer sur ce marché pour les produits innovants quel que soit leur pays d’origine. Les médicaments développés par des sociétés pharmaceutiques étrangères ont une chance égale de participer au processus de négociation des prix et de se lancer sur le deuxième plus grand marché pharmaceutique du monde », d’après cette dernière.