La Chine a annoncé des contre-mesures après la désignation par les Etats-Unis de six autres médias chinois comme « missions étrangères ».

Les Etats-Unis ont annoncé qu’ils étendaient leur tour de vis contre les médias chinois à six nouvelles organisations accusées d’être des organes de «propagande» de Chine.

Cette mesure est la troisième du même genre contre les médias chinois. Les bureaux aux Etats-Unis de ces derniers sont désormais considérés comme des «missions étrangères», ce qui signifie qu’ils doivent faire état au département d’État de détails sur leur personnel et leur immobilier sur le territoire américain.

Leur travail journalistique ne fera toutefois l’objet d’aucune restriction, a assuré le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo lors d’une conférence de presse à Washington. «Alors que les médias libres à travers le monde ne rendent compte que de la vérité, les médias chinois rendent compte au Parti communiste chinois», a affirmé le diplomate dans un communiqué.

Les six médias visés sont Yicai Global, Jiefang Daily, Xinmin Evening News, Social Sciences in China Press, Beijing Review et Economic Daily. Ils viennent s’ajouter à neuf médias plus connus déjà qualifiés de «missions étrangères», dont l’agence de presse officielle Chine Nouvelle et China Global Television Network.

La Chine avait répliqué en juillet en ciblant les agences Associated Press (AP) et United Press International (UPI), la télévision CBS ainsi que la radio NPR.

Lire aussi : Washington accroît son contrôle sur les médias chinois  –  La Chine réplique après les mesures imposées aux médias chinois aux Etats-Unis 

Cette semaine, la Chine a engagé des mesures de représailles concernant six médias américains supplémentaires présents en Chine. La chaîne de télévision ABC, le quotidien Los Angeles Times et la station Minnesota Public Radio devront fournir dans les sept jours la liste de leurs employés, de leurs biens immobiliers et de leurs opérations financières en Chine, a déclaré dans un communiqué un porte-parole de la diplomatie chinoise, Zhao Lijian.

Cette mesure concerne également le site internet spécialisé Bureau of National Affairs (BNA), le magazine Newsweek ainsi que l’agence Feature Story News.

Il s’agit de «représailles tout à fait nécessaires contre la répression déraisonnable (du gouvernement américain) à l’encontre des médias chinois aux Etats-Unis», a précisé le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Zhao Lijian.

Pour ce dernier, la décision américaine «expose à la vue de tous l’hypocrisie de la soi-disant liberté d’expression et de la presse», a fustigé dans le communiqué Zhao Lijian.