Le ministère chinois du commerce a accusé le 21 juin les Etats-Unis d’être imprévisibles sur les questions commerciales bilatérales, et estimé que les intérêts des salariés et des agriculteurs américains seront lésés.

D’ailleurs, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Geng Shuang,  a indiqué le 19 juin que son gouvernement «a appelé les Etats-Unis à être plus rationnels concernant l’actuelle question commerciale et à cesser de nuire aux intérêts des autres et d’eux-mêmes».

En dépit des précédentes négociations commerciales avec les Etats-Unis jugées  «constructives», «le gouvernement américain est imprévisible, Pékin a (donc, ndlr) dû réagir de manière forte», a commenté Gao Feng.

Selon le journal conservateur Global Times, le gouvernement pourrait s’en prendre aux entreprises américaines faisant partie de l’indice Dow Jones si le président américain Donald Trump continue de maintenir la pression sur le commerce chinois.

En dépit de ces tensions, le gouvernement chinois continue d’ouvrir son marché aux entreprises étrangères, même si les européens peinent à travailler en Chine.

Les entreprises européennes peinent à travailler en Chine

«Pékin continuera d’ouvrir les marchés financiers chinois au monde, ce qui pourrait avoir pour effet de faire sortir des fonds des marchés d’actions américains parce que les investisseurs internationaux étoffent de plus en plus leurs portefeuilles avec des actions chinoises», a indiqué le Global Times.

«Ces mesures pourraient faire encore baisser les cours de Bourse américains», a souligné le quotidien proche du pouvoir. Or le conseiller commercial de la Maison blanche, Peter Navarro, qui considère la Chine comme un pays hostile, a déclaré que Beijing avait plus à perdre d’une guerre commerciale.