La Chine compte donner 600 millions de doses et apporter 400 millions d’autres doses sous d’autres formes comme le soutien à la création d’unités de production de vaccins sur le continent.

Alors que les économies africaines sont touchées par la crise économique liée au Covid-19, la Chine a également annoncé renoncer à certaines créances et a assuré vouloir développer de nombreux projets, notamment dans la santé, l’agriculture ou le numérique.

Alors que depuis des mois les institutions internationales dénoncent l’inégalité vaccinale, la Chine accentue ses dons à destination des pays africains.

Lire aussi : L’OMS et la Chine s’inquiètent du retard de vaccination en Afrique

Le président chinois Xi Jinping a promis un milliard de doses de vaccins anti-Covid à l’Afrique, sous la forme de dons ou de soutien à la production locale, afin de combler le « vide vaccinal » accusé par le continent.

« Nous devons poursuivre la lutte solidaire contre le Covid. Nous devons accorder la priorité à la protection de nos populations et combler le fossé vaccinal », a déclaré le président chinois, faisant référence au sévère retard de vaccination observé en Afrique. Il a répondu à une demande largement répandue des dirigeants africains en préconisant la levée des droits de propriété intellectuelle sur les vaccins.

« La Chine fournira à l’Afrique un milliard de doses de vaccins supplémentaires, dont 600 millions sous forme de dons et 400 millions sous d’autres formes comme la mise en place d’unités de production de vaccins », a dit Xi Jinping, qui a inscrit cette promesse dans un plan à trois ans.

Xi Jinping s’est ainsi exprimé dans un discours prononcé par liaison vidéo lors de la cérémonie d’ouverture de la 8ème Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-africaine.

« Cette initiative vise à atteindre l’objectif fixé par l’Union africaine de vacciner 60% de la population africaine contre la COVID-19 d’ici 2022. De plus, la Chine réalisera dix projets de santé pour les pays africains et enverra en Afrique 1.500 professionnels médicaux et experts de santé publique », a indiqué Xi Jinping