Les livraisons de vaccins contre le Covid-19 en Afrique «via» l’initiative internationale Covax sont «presque à l’arrêt» s’inquiète la division africaine de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ces trois derniers mois, seules 18 des 66 millions de doses attendues ont été réceptionnées.

Un nombre pas assez important pour la directrice régionale de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Matshidiso Moeti, car cela accentue l’écart entre les pays.

Le conseiller d’Etat et ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi, a appelé le 19 mai tous les pays capables de fournir d’urgence des vaccins contre la Covid-19 à l’Afrique, lorsqu’il présidait un débat public du Conseil de sécurité des Nations unies par liaison vidéo.

«La communauté internationale doit fournir une plus grande aide en matière de fournitures, de médicaments, de technologie et de financement pour lutter contre la pandémie, notamment sous la forme d’assistance non remboursable, d’approvisionnement préférentiel, de transfert de technologie et de production coopérative, afin d’assurer que les vaccins soient accessibles et à un coût abordable en Afrique», a-t-il indiqué.

Pour tout savoir de l’évolution de l’épidémie de Covid-19 en Chine et les dons réalisés par elle dans le monde

Face à la pandémie, «la Chine et l’Afrique sont disposées à lancer conjointement une initiative de partenariat pour soutenir le développement de l’Afrique», a déclaré Wang Yi. Ce dernier a appelé la communauté internationale à renforcer son soutien pour l’Afrique dans les domaines tels que la lutte contre la pandémie, la reconstruction post-pandémique, le commerce et l’investissement, l’allègement des dettes, la sécurité alimentaire, la réduction et l’atténuation de la pauvreté, la lutte contre le changement climatique et l’industrialisation.

D’autant que «dans 14 pays africains, moins de 1% de la population a reçu une première dose et dans quatre pays, la campagne vaccinale n’a même pas encore commencé. Cela veut dire que si les personnes vivant dans les pays les plus riches vont trouver un nouveau départ et retrouver une sorte de normalité dans leur vie, en Afrique, nos vies restent sur pause. Ce n’est pas juste», a-t-elle déclaré le 20 mai Matshidiso Moeti.

De son côté, Wang Yi  a indiqué que «la Chine invite plus de pays et d’organisations internationales, notamment les partenaires traditionnels de coopération d’Afrique, à rejoindre cette initiative, à adhérer au principe de ‘dirigé par l’Afrique, sur un pied d’égalité et dans un esprit d’ouverture’, à renforcer la coordination et la coopération et à s’engager au véritable multilatéralisme, en vue de rassembler une force puissante pour soutenir le développement de l’Afrique».

Matshidiso Moeti en appelle aussi à la solidarité internationale. «Nous pouvons encore rattraper le retard, mais le temps presse. La solidarité internationale est cruciale pour soutenir la population, a exhorté Matshidiso Moeti. Nous saluons donc la promesse des États-Unis de partager 80 millions de doses avec d’autres pays, dont une partie substantielle via Covax, en plus des récents envois de vaccins de la France vers la Mauritanie, et des promesses d’autres pays riches. Sauver des vies, empêcher la diffusion de la maladie maintenant, accélérer la diffusion des vaccins et la reprise après la pandémie est dans l’intérêt de tous les pays», a indiqué cette dernière.

Occupant la présidence tournante du Conseil de sécurité des Nations unies, la Chine a convoqué un débat public mercredi consacré à «La paix et la sécurité en Afrique : s’attaquer aux causes profondes des conflits tout en favorisant le relèvement post-pandémique de l’Afrique».