La Chine a accusé l’Australie de «diffuser des fausses informations» après des accusations de Canberra selon lesquelles un navire chinois aurait dirigé un laser vers un avion militaire australien lors d’un «acte d’intimidation».

Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a exhorté l’Australie à cesser de provoquer la Chine.

Lire aussi : L’Australie accuse la Chine d’un « acte d’intimidation »

L’avion australien de patrouille anti-sous-marin P-8A s’est approché le 17 février de l’espace aérien au-dessus de la flotte de l’APL de la Chine, entrant dans un rayon de moins de quatre kilomètres et plaçant des bouées équipées de sonars autour du navire chinois, selon le rapport publié par le ministère chinois de la Défense nationale.

« Pendant tout le processus de la rencontre avec l’avion militaire australien, le navire chinois a maintenu une opération sûre, normalisée et professionnelle, conformément aux lois et pratiques internationales pertinentes », a affirmé le porte-parole de la diplomatie chinoise.

Ce dernier a souligné que l’Australie avait utilisé des avions de surveillance pour mener des actions provocatrices contre la Chine à de nombreuses reprises. « En novembre dernier, un avion militaire australien est entré dans l’espace arien au-dessus des îles Xishan sans l’approbation du gouvernement chinois, ce qui a gravement porté atteinte à la souveraineté de la Chine », a-t-il indiqué.

« Nous nous opposons fermement à ces actions de l’Australie et exhortons le pays à réfléchir sur lui-même, à s’abstenir de diffuser de fausses informations à propos de la Chine ainsi que de faire des provocations », a ajouté le porte-parole.

Les relations bilatérales sont tendues depuis plusieurs années, sur fond de différends commerciaux (boeuf, orge, vin, …) mais surtout diplomatiques, l’Australie a demandé une enquête sur l’origine du Covid-19, a la situation à Hong Kong, et entre autre, la création de l’alliance AUKUS.

La version du ministère australien de la Défense diffère quelque peu de celle des chinois. Selon le Premier ministre australien, deux navires de la marine chinoise naviguaient au large de la côte nord australienne lorsque l’un d’eux a visé un avion de surveillance australien avec un laser, ce qui «pouvait mettre des vies en danger».

«Je ne peux le considérer autrement que comme un acte d’intimidation», avait réagi le premier ministre Scott Morrison. Les accusations australiennes sont «infondées», a répondu Wang Wenbin, qui atteste que les mouvements des navires incriminés dans ces eaux internationales étaient «parfaitement légitimes et légaux».

«Nous demandons instamment à l’Australie de respecter les droits légitimes des navires chinois dans les eaux concernées, conformément au droit international, et de cesser de diffuser de fausses informations sur la Chine.»

Dans un communiqué, le ministère de la Défense chinois a accusé l’avion australien de s’être approché à moins de quatre kilomètres des navires chinois et d’avoir largué aux alentours des bouées acoustiques de détection.

«Ces provocations malveillantes peuvent facilement conduire à des malentendus et à des erreurs de jugement. Elles sont une menace pour la sécurité des navires, des aéronefs et du personnel des deux parties», a dénoncé le porte-parole Tan Kefei.

En 2009n l’Australie avait déjà accusé l’armée chinoise d’avoir visé ses appareils militaires avec des lasers. Il s’agissait alors d’hélicoptères, pris pour cibles en mer de Chine méridionale, où les tensions sont vives entre d’un côté Pékin et de l’autre Washington et ses alliés.