Alors que la Chine resserre les règles autour des plateformes éducatives en ligne, les licornes Yuanfudao et Zuoyebang ont été sanctionné pour publicité mensongère, tandis que Gaotu va licencier du personnel.

Les plates-formes d’apprentissage en ligne chinoises Yuanfudao et Zuoyebang ont toutes deux reçu une amende pour avoir menée des campagnes publicitaires fictives ayant trompé les clients, a annoncé le régulateur du marché.

Les opérateurs Beijing Yuanli Education Technology et Boat Out of Sea Education Technology ont chacun été pénalisés de 2,5 millions de CNY (349 830 euros), a indiqué l’Administration d’État pour la régulation du marché.

Yuanfudao, la société de technologie éducative d’une valeur de 15,5 milliards de dollars (13,95 milliards d’euros) en octobre 2020, a promu ses cours en classe comme un tutorat individuel et une expérience des enseignants truquée, a déclaré le régulateur.

De son côté, Zuoyebang, une autre licorne edtech basée à Beijing, ayant récolté 1,6 milliard de dollars (1,44 milliards d’euros) supplémentaires en décembre 2020, a indiqué être en « coopération avec les Nations Unies » sur son site Web, ce qui est faux. L’entreprise a également  falsifié les références des enseignants, a-t-il déclaré.

«Les deux e-éducateurs ont gonflé puis réduit les prix des cours pour inciter les clients à s’inscrire», a indiqué l’administration. Selon le journal en ligne The Paper, «les deux sociétés acceptent la décision et prendront toutes les mesures correctives nécessaires».

La pandémie de Covid-19 a donné aux tuteurs en ligne une impulsion inattendue alors que de nombreuses écoles se sont tournées vers l’apprentissage à domicile. Le marché de l’enseignement en ligne de la maternelle à la douzième année en Chine va très probablement grimpé une fois et demie fois supérieure à celle de l’année précédente, à 168,7 milliards CNY (26,2 milliards USD), selon la société d’études de marché américaine Frost & Sullivan.

De son côté, Gaotu n’a pas fait de publicité mensongère, mais avec la nouvelle loi, la société a choisit une nouvelle stratégie. Gaotu Group, l’opérateur chinois de plate-forme éducative anciennement connu sous le nom de GSX Techedu, prévoit de licencier près d’un tiers de ses employés alors que la Chine durcit la réglementation du secteur.

Gaotu a confirmé à Yicai Global qu’il cesserait de scolariser les enfants âgés de 3 à 6 ans et ajusterait sa structure et ses effectifs. En effet, la société basée à Beijing a l’intention de commencer à licencier 30% de son personnel à partir du 31 mai, a déclaré le fondateur Chen Xiangdong lors d’une réunion d’entreprise.

La société mettra fin à une série de programmes de marketing et fermera en même temps son activité de diffusion en direct en ligne. Chen Xiangdong a déclaré que Gaotu avait pris la décision parce que la nouvelle législation sur la protection des mineurs entrera en vigueur en juin.

Il sera alors interdit aux jardins d’enfants et aux établissements de formation hors campus d’enseigner le programme d’études primaires aux mineurs d’âge préscolaire.

En plus de Gaotu, Tomorrow Advancing Life, ByteDance et Yuanfudao  proposent des cours pour les mineurs d’âge préscolaire, a déclaré une source à Yicai Global.

De nombreux autres éducateurs en ligne sont en train d’adapter leur nouvelle politique éducative, et réorganiser leurs structures, tout en procédant à des licenciements.

Ainsi, Zuoyebang vient de suspendre son introduction en bourse. VipKid, qui se prépare également à devenir public, a fermé ses cours d’anglais et de mathématiques en direct pour les élèves du primaire et du secondaire, et prévoit de renvoyer le personnel  en lien avec ces matières.

Enfin, le département de l’éducation de ByteDance a annoncé son intention d’apporter des changements après avoir réorganisé.