Le premier ministre des îles Salomon a rencontré ses homologues australiens et néo-zélandais pour la première fois depuis la conclusion du pacte de sécurité avec la Chine.

Ce document a suscité l’inquiétude des alliés des États-Unis vis-à-vis des ambitions militaires de la Chine dans les îles du Pacifique.

Lire aussi : La Chine et les îles Salomon signent un accord de sécurité

Le Premier ministre Manasseh Sogavare a rencontré le Premier ministre australien Anthony Albanese et la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern lors de réunions bilatérales séparées en marge du Forum des îles du Pacifique à Fidji.

PAS DE BASE MILITAIRE CHINOISE

Au cours de la réunion de quatre jours, les dirigeants des îles du Pacifique ont échangé sur les moyens de soutenir et de financier la lutte contre la hausse du niveau des mers et du changement climatique, ainsi que de l’objectif de la Chine de renforcer les liens de sécurité dans la région.

Le pacte de sécurité des îles Salomon avec la Chine est devenu un enjeu électoral majeur en Australie. Anthony Albanese a assuré lors d’un point presse que c’était un échec de la diplomatie de son prédécesseur Scott Morrison.

« Nous sommes une famille et il y a de nombreux problèmes, et cela rend la famille plus forte », a déclaré Manasseh Sogavare. Ce dernier a réitéré son point de vue sur le fait que la Chine ne sera pas autorisé à avoir une base militaire dans son pays. Il a également déclaré que l’accord couvrait le maintien de l’ordre pour protéger les projets chinois, car un accord avec le partenaire traditionnel, l’Australie, était « inadéquat ».

Le Premier ministre australien est désormais convaincu qu’aucune base militaire chinoise ne sera établie aux Îles Salomon, selon The Financial Review.

Lire aussi : Pas de base militaire chinoise aux Iles Salomon

Pour Anthony Albanese, l’Australie et les Îles Salomon pourraient faire davantage pour établir la confiance et « pour un bénéfice commun ». « En tant que membres de la région, nous voulons faire avancer les intérêts du Pacifique », a-t-il déclaré.

PRÉSENTATION DE LA PREMIÈRE FORMATION DE POLICIER

Cette mise au point n’a pas empêcher les Iles Salomon de travailler en étroite collaboration avec la Chine. En effet, le 1er juillet, une démonstration de formation policière conjointe a eu lieu và Rove, aux Îles Salomon.

Les forces de police locales du pays insulaire ont présenté leurs nouvelles compétences acquises auprès des policiers chinois, comme la réponse aux « troubles publics tels que les émeutes, les attaques criminelles dans le public et contre les invités VIP », en utilisant des répliques d’armes à feu et des compétences en arts martiaux, selon Solomon, magazine d’affaires.

« Je me sens plus en sécurité », a déclaré le Premier ministre des Îles Salomon, Manasseh Sogavare, après avoir assisté à la manifestation, à laquelle participait également l’ambassadeur de Chine aux Îles Salomon, Li Ming.

La formation conjointe de la police a débuté le 14 mars, selon l’ambassade de Chine aux Îles Salomon. Cette formation entre dans le cadre de l’accord-cadre bilatéral de coopération en matière de sécurité signé le 30 mars.

Cette coopération sur les affaires policières est intervenue après les émeutes. En décembre 2021, ainsi qu’en janvier et février 2022, outre des fournitures de prévention du coronavirus, la Chine a également envoyé des fournitures et du matériel de police aux Îles Salomon. Un groupe consultatif de la police chinoise a également été envoyé dans le pays insulaire le 26 janvier.

Lors de la manifestation du 1er juillet, Manasseh Sogavare a déclaré qu’en tant que « pays souverain, ce n’est pas acceptable. Nous ne pouvons pas continuer à permettre que notre souveraineté et notre démocratie soient rançonnées par la violence par quelques personnes ».