vendredi, juin 14

Pas de base militaire chinoise aux Iles Salomon

La Chine n’a « aucune intention » de construire une base militaire sur les îles Salomon, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Wang Yi, concernant le nouveau pacte de sécurité signé entre les deux pays.

Le ministre Wang Yi a rejeté les inquiétudes des pays occidentaux, notamment de l’Australie et des Etats-Unis qui craignent que cet accord permette à la Chine d’installer une présence militaire dans l’archipel. Le pacte est « irréprochable, honnête et intègre », a-t-il affirmé.

Lire aussi : Les Iles Salomon et la Chine renforcent leur coopération

Le ministre Wang Yi a entamé le 26 mai à Honiara, capitale des îles Salomon, une tournée dans plusieurs pays du Pacifique sud où il sera notamment question d’une vaste initiative visant à étendre la coopération en matière de sécurité et de libre-échange dans la région.

Ce projet d’accord a été consulté par l’Agence France Presse, mais dont la version finale n’a pas été publiée. Le texte contiendrait une disposition autorisant le déploiement de forces navales chinoises sur l’île, qui se trouve à moins de 2.000 kilomètres de l’Australie.

Lire aussi : Pékin clarifie l’accord signé avec les îles Salomon

Cet accord « n’est imposé à personne, il ne vise aucune tierce partie, il n’y a aucune intention du tout d’établir une base militaire », a déclaré Wang Yi lors d’une conférence de presse après avoir rencontré son homologue des îles Salomon, Jeremiah Manele.

L’AUSTRALIE MONTE AU FRONT CONTRE L’ALLIANCE SINO-SALOMONAIS

L’ancien gouvernement australien, qui a perdu les élections le 21 mai, avait prévenu que la construction d’une base militaire était une « ligne rouge », sans préciser les conséquences d’un franchissement.

Pour l’ancienne ministre de l’Intérieur australienne, Karen Andrews, il est «très probable» que la Chine envoie des troupes dans les îles Salomon. «Il est probable que ce sera la voie que la Chine empruntera dans la région du Pacifique», a-t-elle déclaré.

Le premier ministre des îles Salomon, Manasseh Sogavare, a déclaré à plusieurs reprises qu’aucune base militaire chinoise ne serait construite dans son pays, mais il n’a pas rendu publique la version finale de l’accord.

Cependant en mars 2022, la fuite d’une version préliminaire de l’accord a provoqué en Australie et aux États-Unis une onde de choc, car elle comprenait des propositions autorisant des déploiements chinois policiers et navals aux Salomon.

Lire aussi : L’Australie se préparerait à une guerre potentielle avec la Chine

Le diplomate chinois a demandé à certains pays occidentaux à ne pas « interférer », ou « perturber » la « coopération de la Chine avec les pays insulaires du Pacifique ».

« Ils ne sont l’arrière-cour de personne. Tous les pays insulaires du Pacifique ont le droit de faire leur propre choix au lieu de se contenter de suivre les autres », a déclaré le ministre des Affaires étrangères par l’intermédiaire d’un traducteur.

Le pacte de sécurité doit aider le gouvernement des îles Salomon à préserver la stabilité et la sécurité à long terme, a-t-il déclaré, « à la lumière des besoins et des demandes des îles Salomon ».

DES LIENS INÉBRANLABLES ENTRE LA CHINE ET LES ILES SALOMON

Alors qu’en Occident, des voix s’élèvent contre cette nouvelle alliance, le Premier ministre des îles Salomon, Manasseh Sogavare, et le conseiller d’Etat et ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, ont exprimé leur volonté de forger des liens « inébranlables » et d’approfondir la coopération entre les deux pays.

Manasseh Sogavare a déclaré que la Chine était devenue la plus grande partenaire de coopération des îles Salomon sur les infrastructures de base ainsi qu’une partenaire de développement fiable, selon l’agence de presse Xinhua.

Ce dernier a remercié la Chine pour avoir fourni des équipements anti-pandémiques et de dépistage rapide en plus d’envoyer des équipes médicales à son pays. Il a également salué la Chine pour avoir envoyé des équipements et des conseillers policiers afin de maintenir l’ordre social aux îles Salomon après l’émeute qui a éclaté à Honiara.

« Les îles Salomon et la Chine coopèrent sur la base d’un traitement d’égal à égal et du respect mutuel, et leurs liens dans divers domaines sont devenus de plus en plus étroits et ont apporté des bénéfices tangibles au peuple salomonais », a déclaré le Premier ministre des Iles Salomon.

Pour Wang Yi, la Chine apprécie « la ferme détermination des îles Salomon à défendre leurs intérêts nationaux, leur fort désir de développer la coopération amicale avec la Chine et leur adhésion à la politique d’une seule Chine ».

Une détermination qui s’est traduite par des prises de parole du Premier ministre Manasseh Sogavare qui a indiqué à plusieurs reprises que l’accord signé avec la Chine est conforme aux normes internationales, et vise à soutenir les forces de l’ordre dans le pays.

La Chine « défendre leur indépendance et leur souveraineté nationales, préserver l’unité et la solidarité nationales et accélérer l’accomplissement de leur prospérité nationale sur une voie choisie par le pays », a indiqué le diplomate chinois.

« La Chine et les îles Salomon sont devenues de bonnes amies qui se font mutuellement confiance et de bonnes partenaires qui se soutiennent mutuellement, tandis que la confiance politique entre les deux pays s’approfondit et que la coopération pragmatique s’étend », a-t-il fait savoir.

La Chine est disposée à travailler avec les îles Salomon pour forger des liens « inébranlables » et développer la coopération entre les deux parties au profit des deux peuples, a assuré Wang Yi. « Les économies émergentes progressent tous azimuts et malgré les intimidations unilatérales, la paix et le développement constituent toujours la tendance irréversible de l’époque », a poursuivi le chef de la diplomatie chinoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *