La Chine a lancé en 2015 un plan décennal « Made in China 2025 » dans le cadre d’une stratégie visant à réduire la dépendance à l’égard des technologies étrangères et à devenir un leader mondial dans plusieurs industries de haute technologie, y compris la biotechnologie.

Depuis lors, le pays a considérablement investi dans l’amélioration de ses capacités de fabrication de thérapies cellulaires et géniques alors qu’il tente de mener la prochaine révolution biologique, observe GlobalData , une société leader de données et d’analyse.

Le rapport de GlobalData, «China Contract Manufacturing Market Outlook», révèle que de nombreuses startups de thérapie cellulaire et génique ont été fondées dans le pays au cours des trois dernières années.

Adam Bradbury, analyste pharmaceutique chez GlobalData, a indiqué que «la Chine se concentre désormais sur l’établissement de volumes et l’amélioration des capacités de production de médicaments innovants à haute valeur ajoutée et ses fabricants pharmaceutiques cherchent à concurrencer leurs équivalents américains et européens pour les contrats de thérapie génique et cellulaire».

La Chine est réputée pour sa production d’API génériques. La plupart des sites de fabrication sous contrat du pays sont basés dans les provinces de l’Est et proposent la production d’ingrédients pharmaceutiques actifs (API) à petites molécules.

Adam Bradbury a expliqué que «la production et le conditionnement de doses finies de produits pharmaceutiques sont beaucoup plus rares que la production d’API à petites molécules en Chine, et la production d’API biologiques est encore plus rare, ce qui indique un manque d’offre de service complète par la plupart des installations de fabrication du pays. Par conséquent, les fabricants nationaux perdront les revenus associés en manquant de ces services de fabrication diversifiés

La fabrication des doses est l’une des dernières étapes de la fabrication d’un médicament avant son conditionnement et sa distribution aux patients. Les organisations de développement et de fabrication sous contrat (CDMO) offrant des services de dosage ont plus de potentiel de revenus et peuvent avoir une valeur plus élevée que leurs équivalents API à petites molécules.

L’analyste de GlobalData a conclut que «le financement par capital-risque était le type d’accord le plus courant pour les CDMO dont le siège est en Chine entre 2019 et 2022, bien plus fréquent que les acquisitions et les offres d’actions, ce qui montre la confiance des investisseurs dans le potentiel des startups chinoises. Le financement à risque consiste à fournir des capitaux aux entreprises en démarrage et aux petites entreprises ayant un potentiel de croissance exceptionnel».

«Le président américain Joe Biden a récemment signé un décret exécutif qui cible les investissements étrangers dans la biotechnologie américaine. Cela pourrait avoir un effet considérable sur la Chine, qui cherche à acquérir une expertise innovante en matière de fabrication de produits pharmaceutiques aux États-Unis. Le décret de Biden définit les facteurs de sécurité nationale à prendre en compte lors de l’évaluation des transactions».