Le président sud-coréen Yoon Suk-yeol a rencontré le 16 septembre à Séoul Li Zhanshu, président du Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale, l’organe législatif suprême de la Chine.

Selon les médias sud-coréens, Yoon Suk-yeol a déclaré à cette occasion qu’il espérait développer davantage les relations avec la Chine dans le contexte du 30e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays.

Lire aussi : Le président sud-coréen invite le président chinois à se rendre en Corée du Sud

Ce dernier a mit en exergue « la nécessité d’une communication étroite avec Beijing pour s’assurer que le système de missiles THAAD américain installé en Corée du Sud ne sera pas un obstacle aux relations bilatérales », selon l’agence de presse chinoise Xinhua.

Selon certains analystes chinois, depuis l’entrée en fonction du président Yoon Suk-yeol cette année, les relations sino-coréennes ont traversé une période d’ajustement.

Ils estiment que la visite de Li Zhanshu en Corée du Sud a apaisé les tentions, permettant « un meilleur accord sur certaines questions majeures, du fait que les propos du chef de l’État sud-coréen semblent indiquer que Séoul a reçu et mieux compris la position de Beijing sur certaines questions sensibles, et que suivre les États-Unis n’est pas complètement dans l’intérêt national de la Corée du Sud ».

Cliquez sur l’image pour en savoir sur la question sino-sudcoréenne : le THAAD

Allié des États-Unis et partenaire stratégique de la Chine, la Corée du Sud se trouve dans une situation délicate à l’heure où les tensions entre Washington et Beijing s’intensifient, non seulement en termes de chaînes d’approvisionnement, mais aussi de sécurité régionale, ont indiqué les experts interrogés par certains médias chinois.

Lire aussiDéploiement du THAAD, Séoul tente de rassurer la Chine

Lü Chao, un expert des questions de la péninsule coréenne à l’Académie des sciences sociales du Liaoning, a expliqué que le «THAAD est l’un des plus gros problèmes entre la Chine et la Corée du Sud. La Chine s’oppose à ce que les États-Unis utilisent le territoire sud-coréen pour menacer la sécurité nationale de la Chine et affecter ainsi les relations bilatérales avec Séoul. Je pense que l’administration Yoon a compris la position solennelle de la Chine».

Ce dernier a indiqué au Global Times que «ce n’est pas anodin lorsque la sécurité nationale de la Chine est en jeu. Si la Chine assouplit sa position, d’autres problèmes similaires surgiront qui auront un impact plus grave sur les relations sino-coréennes, car les États-Unis vont certainement intervenir et continuer à amplifier le problème».