De Project Syndicate, par Nancy Qian – Le 5 mars, la Chine a annoncé un objectif de croissance du PIB pour cette année d’environ 5,5%, l’objectif le plus bas depuis 1991. Mais cela ne devrait pas surprendre.

En 2013, les économistes de la Banque mondiale et le Conseil d’État chinois ont prévu que le taux de croissance annuel de la Chine tomberait à 5% d’ici 2030. Cela peut encore être une surestimation, étant donné que les taux de croissance de 2010 à 2016 ont été gonflés de 1,8 point de pourcentage, et que la croissance moyenne des économies de l’OCDE est d’environ 3%.

À l’époque, les économistes et les décideurs avaient également prédit avec précision les principaux défis à la croissance à long terme en Chine, notamment l’augmentation des inégalités, la corruption, le vieillissement de la population, l’inefficacité des grandes entreprises souvent publiques et la pollution.

Mais personne n’aurait pu prévoir l’incertitude économique importante supplémentaire résultant de la pandémie de COVID-19 et maintenant de l’ invasion de l’Ukraine par la Russie.

La pandémie a gravement perturbé les chaînes d’approvisionnement et fait grimper les prix partout. La Chine est particulièrement préoccupée par la hausse des prix des denrées alimentaires, car le pays est un importateur net de denrées alimentaires, avec une facture totale de 133 milliards de dollars en 2019.

Les problèmes d’approvisionnement et les intempéries ont fait augmenter le prix des légumes dans les villes chinoises de 30,6% sur un an en Novembre 2021. Le prix des œufs, source majeure de protéines pour la classe moyenne, a augmenté de 20,1% sur la même période.

L’autre principale préoccupation de la Chine est le coût de l’énergie, car elle est également importatrice nette de charbon, de gaz naturel et de pétrole brut. La demande accrue des usines chinoises qui ont repris la production pendant la reprise économique post-pandémique a contribué à de nouvelles hausses des prix des matières premières énergétiques.

Les régulateurs chinois ont réagi en augmentant le plafond des prix subventionnés de l’électricité. Mais cela n’a pas suffi à compenser les pertes des producteurs d’électricité alors que les prix du charbon et la demande intérieure continuaient d’augmenter. En conséquence, les centrales électriques de plusieurs provinces du nord-est ont fermé en septembre 2021, entraînant des pannes de courant massives et soudaines et une cascade de perturbations économiques et sociales.

Le gouvernement chinois a depuis relevé encore plus le plafond des prix et stimulé la production nationale de charbon , en utilisant ses importantes réserves. Mais les réserves chinoises d’autres sources d’énergie sont limitées et la demande d’énergie devrait continuer à augmenter.

Ces préoccupations économiques, ainsi qu’une volonté de présenter un front commun contre les États-Unis, contribuent à expliquer l’attachement de la Chine à la relation «sans limites» avec la Russie que le président Xi Jinping et le président russe Vladimir Poutine ont proclamée début février. L’énergie est la pièce maîtresse économique des relations sino-russes. En 2019, le carburant représentait environ 17%, soit 344 milliards de dollars, des importations totales de la Chine de 2,1 billions de dollars.

La Russie est le plus grand exportateur de pétrole brut vers la Chine depuis 2016 et son fournisseur de gaz naturel à la croissance la plus rapide. Douze pour cent de toutes les importations chinoises de pétrole et de gaz proviennent désormais de Russie.

Pour répondre à la demande intérieure d’énergie et modérer ses émissions de gaz à effet de serre, la Chine prévoit d’augmenter la part du gaz naturel dans sa consommation d’énergie primaire à 15% d’ici 2030. La Russie détient près d’un quart des réserves mondiales de gaz et est le plus grand exportateur.

Les deux pays ont donc convenu le mois dernier d’un contrat à long terme en vertu duquel les exportations de gaz russe vers la Chine passeront à 48 milliards de mètres cubes , soit près de 10% de la consommation de gaz chinoise prévue de 526 milliards de mètres cubes , d’ici 2025.

L’invasion de l’Ukraine par la Russie et les sanctions économiques et financières imposées à la Russie par l’Occident ont soudainement jeté une ombre d’incertitude sur ces plans. En plus d’exacerber les perturbations existantes de la chaîne d’approvisionnement, les sanctions de grande envergure ont rendu difficile pour les entreprises chinoises d’ opérer en Russie . Plus important encore, la guerre implique deux des plus grands exportateurs mondiaux de nourriture et d’énergie.

L’Ukraine et la Russie représentent ensemble 28% des exportations mondiales de céréales , et les contrats à terme sur le blé à la Chicago Mercantile Exchange ont grimpé de plus de 50% depuis l’invasion. De même, les prix du pétrole, du gaz et du charbon ont bondi en raison des ruptures d’approvisionnement et des sanctions contre la Russie. Ces pressions inflationnistes pourraient avoir des effets potentiellement dévastateurs sur la population chinoise, ainsi que sur les fabricants du pays.

Vladimir Poutine et Xi Jinping

Mais la position politique neutre du gouvernement chinois à l’égard de la guerre russo-ukrainienne peut également rapporter des bénéfices économiques si la Chine devient plus importante pour la Russie sans trop offenser les principaux partenaires commerciaux occidentaux tels que les États-Unis et l’Australie.

Les exportations alimentaires russes en 2021 ont totalisé 38 milliards de dollars, dont 4,7 milliards de dollars sont allés à l’Union européenne. Ainsi, l’inflation des prix alimentaires chinois pourrait être modérée si les sanctions de l’UE amenaient la Russie à détourner une partie de ses exportations alimentaires vers la Chine à des conditions favorables.

De même, la Chine est susceptible d’obtenir des conditions plus favorables pour ses importations d’énergie à mesure que la guerre se poursuit et que d’autres pays réduisent leurs achats de pétrole et de gaz russes. Les États-Unis ont interdit les importations de pétrole russe et d’autres pays devraient suivre leur exemple. De même, l’UE prévoit de réduire de deux tiers sa dépendance au gaz naturel russe cette année et de rechercher d’autres fournisseurs et sources d’énergie pour compenser.

Alors que l’abandon du gaz prendra du temps, il semble inévitable que la Russie devra bientôt chercher d’autres acheteurs. Étant donné que le pétrole et le gaz représentaient 60% des exportations de la Russie et ont généré 39% de ses recettes budgétaires fédérales en 2019, la Chine sera en position de force pour négocier.

En fin de compte, l’impact de la guerre russo-ukrainienne sur l’économie chinoise dépendra de la durée du conflit et de l’ampleur des ravages qu’il causera en Ukraine et en Russie, ainsi que dans d’autres parties de l’économie mondiale. Cela dépendra également de la bonne volonté qui subsistera entre la Chine et les alliés occidentaux de l’Ukraine lorsque les combats cesseront.

De toute évidence, 2022 sera une année d’incertitude au cours de laquelle la Chine aura un contrôle limité sur son taux de croissance économique. De nouveaux risques découlant de la guerre en Europe de l’Est ont aggravé les défis que les décideurs avaient anticipés en raison de la lenteur et de l’inégalité de la reprise post-pandémique. À ce stade, personne ne sait comment la Chine et le reste de l’économie mondiale s’en sortiront dans les mois à venir.

Nancy Qian

Nancy Qian, professeure d’économie managériale et de sciences de la décision à la Kellogg School of Management de la Northwestern University, est la directrice fondatrice de China Econ Lab et du China Lab de Northwestern.

  • Droits d’auteur : Project Syndicate, 2022.
  • www.project-syndicate.org