La Lettonie et l’Estonie ont quitté le forum 17+1 soutenu par la Chine et visant à renforcer les relations avec les pays d’Europe de l’Est, selon l’Associated Press.

Cette décision a été prise après l’annonce du renforcement des relations entre la Chine et la Russie, dont l’invasion de l’Ukraine est considérée comme la première étape possible d’une série de mesures contre des pays qui faisaient autrefois partie de l’Union soviétique.

La Chine a refusé de critiquer la Russie et a condamné les sanctions économiques punitives imposées à Moscou par l’Occident.

Quelques semaines avant le début de la guerre en Ukraine, le président chinois Xi Jinping a accueilli le président russe Vladimir Poutine à Pékin et a déclaré que leurs relations bilatérales n’avaient « aucune limite » dans une déclaration commune.

Lire aussi : Vers une coopération plus pragmatique entre la Chine et la Russie

Les déclaration successives sur l’entente entre la Chine et la Russie ont poussé la Lettonie et l’Estonie a prendre leurs distances avec Pékin. D’autant plus que la Chine a lancé des mesures de représailles économiques et diplomatiques contre un autre État balte, la Lituanie, suite à l’élargissement des échanges entre le pays et Taïwan, que la Chine revendique comme son propre territoire.

« Compte tenu des priorités actuelles de la politique étrangère et commerciale lettone, la Lettonie a décidé de cesser sa participation au cadre de coopération des pays d’Europe centrale et orientale et de la Chine« , a déclaré jeudi le ministère letton des Affaires étrangères dans un communiqué.

Ce dernier a indiqué que la Lettonie « continuera à s’efforcer d’établir des relations constructives et pragmatiques avec la Chine, tant sur le plan bilatéral que par le biais d’une coopération UE-Chine basée sur les avantages mutuels, le respect du droit international, des droits de l’homme et de l’ordre international fondé sur des règles ».

De son côté, l’Estonie a publié une déclaration similaire, affirmant qu’elle « continuerait à œuvrer pour des relations constructives et pragmatiques avec la Chine, ce qui comprend la promotion des relations UE-Chine conformément à l’ordre international fondé sur des règles et à des valeurs telles que les droits de l’homme ».

« L’Estonie a participé au format de coopération de l’Europe centrale et orientale et de la Chine à partir de 2012. L’Estonie n’a participé à aucune des réunions du format après le sommet de février dernier », a indiqué le communiqué du ministère estonien.

Forum initié par Pékin pour étendre son influence économique et politique en Europe en dehors du cadre institutionnel et formel de l’Union européenne (UE), le format 17+ 1 vise à renforcer les relations avec les membres de l’UE et à faire avancer l’Initiative La Ceinture et La Route de Xi Jinping.

Le forum regroupe la Chine et 16 pays : Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie, Slovénie, Croatie, Serbie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Albanie et Macédoine.

La Chine avait à l’origine conçu le forum comme un arrangement 17+1, mais le nombre de partenaires européens est maintenant tombé à 13. D’après Associated Press, « les critiques disent que le forum était une tentative d’exploiter les différences entre ces États dans le cadre d’une campagne plus large, afin de joindre la Russie en saper l’ordre international actuellement fondé sur des règles dominé par les États-Unis et leurs alliés ».

L’Estonie et la Lettonie ne sont pas les seuls pays à avoir quitté le format 17+1, en mars 2021, la Lituanie a annoncé quitté le groupe déclarant que l’initiative n’avait apporté pratiquement aucun avantage à son pays.

Lors de la dernière réunion virtuelle tenue le 9 février 2021, plusieurs pays : la Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Roumanie et la Slovénie n’ont pas envoyé leurs plus hauts dirigeants à la conférence, mais étaient représentés par des fonctionnaires de rang inférieur.