lundi, juin 17

La Russie proteste contre les revendications territoriales de la Chine

Après Taiwan, le Vietnam, l’Inde, la Russie a rejeté les revendications de Pékin, apparue sur la nouvelle carte territoriale de la Chine. En effet, les zones limitrophes inclues une île contestée entre la Chine et la Russie depuis des décennies.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a indiqué que l’édition 2023 de la carte standard de la Chine a été officiellement publiée par le ministère des Ressources naturelles. « Cette carte est compilée sur la base de la méthode de dessin des frontières nationales de la Chine et de divers pays« , a indiqué le Global Times.

L’île Bolchoï Oussouriisk, ou Heixiazi

La carte évoque de multiples conflits territoriaux, parmi lesquels l’île Bolchoï Oussouriisk, ou Heixiazi, située au confluent des fleuves Oussouri et Amour qui séparent la Russie et la Chine.

L’île a une superficie d’environ 260 km2 et est étroitement délimitée par l’île de Yinlong (île Tarabarov) et plus de 90 îlots. L’ensemble des îles couvre une superficie d’environ 327 à 350 km23. Sa position au confluent de l’Amour et de l’Oussouri et juste à côté de la grande ville russe de Khabarovsk, lui a donné une grande importance stratégique.

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a rejeté toute suggestion de réouverture du conflit territorial, qui selon elle, avait été réglé par des accords bilatéraux il y a plus de 15 ans.

« Les parties russe et chinoise adhèrent à la position commune selon laquelle la question frontalière entre nos pays a été finalement résolue », a déclaré Maria Zakharova dans un communiqué publié sur le site Internet du ministère des Affaires étrangères.

« Son règlement a été marqué par la ratification en 2005 de l’Accord complémentaire sur la frontière russo-chinoise dans sa partie orientale, selon lequel l’île Bolchoï Ussuriysky a été divisée entre les parties. »

« La délimitation et la démarcation de notre frontière commune ont été achevées sur toute sa longueur (près de 4 300 km [2 670 milles]), y compris en 2008 sur l’île Bolchoï Oussouriski. »

L’île a été partagée entre le contrôle russe et chinois conformément aux accords bilatéraux. Mais la carte officielle récemment publiée par la Chine suggère qu’elle revendique le contrôle de la totalité d’un territoire de 135 milles carrés.

La nouvelle carte de la Chine a une autre vision

Maria Zakharova a toutefois déclaré que la « résolution » du différend « était le résultat de nombreuses années d’efforts des deux parties, le reflet du haut niveau des relations entre les deux pays, et constituait une contribution importante à assurer la sécurité et la stabilité dans la région ». Il s’agit, selon elle, d’un exemple réussi de résolution des différends frontaliers pour tous les pays du monde.

« La Russie et la Chine ont confirmé à plusieurs reprises l’absence de revendications territoriales mutuelles et il existe une disposition correspondante dans le Traité de bon voisinage, d’amitié et de coopération du 16 juillet 2001 », a ajouté la porte-parole.

« Les parties disposent d’une vaste structure d’interaction dans le domaine de la coopération frontalière. La Commission mixte frontalière fonctionne efficacement, au sein de laquelle toutes les questions pertinentes sont discutées. »

La nouvelle carte de Pékin a créé de nouvelles tensions avec plusieurs autres voisins . L’Inde, le Vietnam, la Malaisie, Taiwan et les Philippines ont tous exprimé leur opposition à cet accaparement symbolique des terres. Cependant, les responsables chinois ne reviennent pas sur la carte, en dépit des protestations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *